EGORA news

/EGORA news

Vers la fin des remplacements pour les internes de médecine générale ?

L'amendement limitant à 3 ans la durée du remplacement est tombé aux oubliettes. Mais d'autres difficultés se profilent vis-à-vis du remplacement : licence octroyée au dernier semestre, cotisations Carmf bientôt obligatoires… Les internes remplaçants pourraient bientôt devenir une denrée rare, notamment en médecine générale. De l'Ordre aux internes, en passant par les remplaçants et les enseignants, le débat agite la profession.   "Il y a 30 ans, pendant l'internat on remplaçait en pleine campagne, seul au monde, avec comme compagnons un répondeur à K7 et la [Citroën] GS du titulaire...", se souvenait, pas plus tard qu'hier, un lecteur d'Egora. Une perspective qui pourrait bientôt sembler très lointaine aux internes de médecine générale. Depuis quelques semaines, en effet, il est question de durcir les conditions de formation nécessaires pour l'obtention d'une licence de remplacement pendant l'internat. Les conditions pour obtenir le sésame sont actuellement fixées par décret : le nombre requis de semestres d'internat validés est déterminé spécialité par spécialité. Pour les DES en cinq ans, six semestres sont nécessaires ; [...]

2019-07-05T18:23:47+02:005 juillet 2019|EGORA news|0 Comments

Jeunes VS vieux médecins : le choc des exercices

Installé depuis 26 ans à Plonéour-Lavern (Finistère), le Dr Serge Moulin, 54 ans, se voit contraint de déplaquer suite au départ de sa jeune associée pour la future maison de santé de la commune. La mésaventure de ce confrère vous a interpellés. Vous y voyez l'illustration d'un affrontement entre deux modèles d'exercice, et entre deux générations de médecins.   "Je me suis résigné à faire mes adieux à la médecine générale." A 12 ans de la retraire, le Dr Serge Moulin déplaque. Ce qui a précipité son départ ? La subvention par la mairie d'une maison de santé... dans laquelle exercera sa future ex-associée, ainsi que sa remplaçante. "Je devrais assurer seul le paiement des charges et du salaire de la secrétaire. Ces frais s'élèvent chaque mois à près de 3000 euros. Cela n'est pas possible. Ensuite, mon ex-associé, qui est toujours propriétaire du cabinet, touchait un loyer de la part de ma consœur. À partir du moment où il ne le recevra plus, il voudra sûrement vendre notre local et je [...]

2019-07-04T15:27:50+02:004 juillet 2019|EGORA news|0 Comments

Homéopathie : ce que contient l’avis de la HAS

La Haute Autorité de santé (HAS) présentait ce vendredi 28 juin ses conclusions sur l'homéopathie : pas d'efficacité propre, déremboursement conseillé, à l'unanimité moins une voix. Pour aboutir à ce résultat, les experts ont passé au crible 1000 études portant 1163 souches homéopathiques. En matière d'efficacité comme d'intérêt en santé publique, l'homéopathie n'a pas été jugée convaincante.   Si suspense il y a, levons-le d'emblée : l'avis est défavorable. La Haute Autorité de santé (HAS) a statué contre le remboursement à 30 % des 1163 spécialités homéopathiques évaluées.* Un secret de Polichinelle, révélé deux jours plus tôt par Libération. L'avis défavorable a été voté à la quasi-unanimité des 23 membres de la commission de la transparence (CT) : seul un des trois médecins généralistes y siégeant a préféré s'abstenir. En conservant son anonymat. Au-delà du verdict, la publication de l'avis complet permet de lever le voile sur les arguments et la logique déployée par l'agence d'évaluation. Laquelle a travaillé "dans un esprit scientifique mais sans a priori et sans dogmatisme", [...]

2019-07-02T16:02:38+02:002 juillet 2019|EGORA news|0 Comments

ECNi 2019 : à votre tour de passer l’examen !

Une patiente de 19 ans vous consulte pour une gène respiratoire. Un maçon de 50 ans se plaint de douleurs à l'épaule. Une femme de 29 ans se présente au cabinet avant son départ pour la Côte d'Ivoire. Ce sont 3 des 16 cas auxquels les étudiants ont été confrontés lors de la redoutable épreuve des dossiers cliniques progressifs des ECNi 2019. Et vous, auriez-vous su répondre correctement aux QCM ? Vous avez deux heures.   Dossier clinique progressif n°1 Une femme de 29 ans, originaire de Côte d’Ivoire, vous consulte dans votre cabinet de médecine générale car elle a prévu d’aller 3 mois en Côte d’Ivoire pour visiter sa famille. Elle a comme antécédents notables plusieurs épisodes d’infections urinaires et un épisode dépressif ayant nécessité une hospitalisation l’année de son arrivée en France. Elle est en France depuis 10 ans, vit en couple, et travaille comme auxiliaire de vie auprès de personnes âgées. Elle n’est jamais repartie en Côte d’Ivoire depuis son arrivée en France et est inquiète sur [...]

2019-06-28T18:49:11+02:0028 juin 2019|EGORA news|0 Comments

Loi de santé au Sénat : les mesures auxquelles vous avez échappé, et celles qui vous pendent au nez

En quatre jours d'examen en séance plénière, les sénateurs sont parvenus à amender significativement le projet de loi de santé, déjà bien étoffé en commission. Limitation de la durée de remplacement, année d'internat "en autonomie", exonération de cotisations sociales pour les jeunes installés… Egora fait le point sur les mesures qui ont été adoptées et celles qui ont été rejetées.   Adopté ! Le projet de loi de santé a été voté mardi soir au Sénat, au terme de quatre jours d'examen en séance plénière, par 219 voix pour, 92 contre. Le texte doit désormais être examiné en commission mixte paritaire le 20 juin. Si les 7 députés et les 7 sénateurs qui la composent échouent à trouver un compromis, le projet de loi reviendra à l'Assemblée nationale, qui aura le dernier mot. Initialement "resserré" sur un petit nombre d'articles, laissant une large place à l'habilitation du Gouvernement à légiférer par ordonnances, le projet de loi d'organisation et de transformation du système de santé s'est considérablement étoffé au cours du [...]

2019-06-28T10:32:32+02:0027 juin 2019|EGORA news|0 Comments

« De nombreux généralistes auront intérêt à embaucher un assistant médical »

Au terme de plusieurs mois de négociations, les syndicats et la CNAM ont signé le 20 juin l’accord interprofessionnel sur les Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS) ainsi que l’avenant 7 sur les assistants médicaux. Deux mesures phares du plan « Ma Santé 2022 » qui visent à améliorer l’accès aux soins, mais qui suscitent encore de nombreuses craintes parmi les principaux intéressés : les généralistes. Rappelant que les dispositifs sont basés sur le volontariat, le Dr Luc Duquesnel, président Les Généralistes-CSMF, appelle ces derniers à se projeter afin d’évaluer le pour et le contre. Ces textes conventionnels, ajoute-t-il, ont vocation à évoluer.   Les sondages, les remontées de terrain tendent à montrer qu’une majorité de généralistes sont réfractaires aux CPTS comme aux assistants médicaux (AM). Néanmoins, vous avez appelé la CSMF à signer ces textes. Pourquoi ? J’aurais été surpris qu’ils ne soient pas réfractaires… Les dispositifs paraissent d’une telle complexité lorsque l’on lit les textes : arrivé à la page 4, on prend un comprimé de Doliprane et à la page 6, on [...]

Cannabis thérapeutique : qui pourra prescrire ? pour quels patients ?

Le groupe de travail de l'ANSM sur le cannabis thérapeutique a livré ses recommandations pour une expérimentation en France. Si la primo-prescription devrait être confiée à des spécialistes hospitaliers, les médecins traitants prendraient le relai une fois le patient stabilisé. L'adhésion et la formation des généralistes sont considérées comme un enjeu majeur pour la réussite du projet.   Bientôt le cannabis sur ordonnance ? Un pas majeur vient d'être franchi en ce sens par le groupe de travail de l'ANSM, qui planche sur cette question depuis bientôt un an. Il propose un cadre d'expérimentation précis pour dispenser des traitements à base de cannabis hors AMM, sur deux ans. "L'objectif était de faire en sorte que le dispositif proposé soit compatible avec un accès pour les patients et une adhésion des professionnels de santé", précise le Pr Nicolas Authier (CHU Clermont-Ferrand), psychiatre pharmacologue et président du comité d’experts mandaté par l'agence. Les traitements à base de cannabis pourraient être délivrés dans les situations suivantes : douleurs neuropathiques réfractaires, épilepsies résistantes aux [...]

2019-06-25T13:25:24+02:0025 juin 2019|EGORA news|0 Comments

Échographie en médecine générale : mode d’emploi

Mieux faire connaître l’échographie comme outil capable d’accroître l’efficience du médecin généraliste, c’est là l’objectif du Congrès d’échographie générale dont la deuxième édition se tient au Palais des congrès de Paris du 21 au 23 juin. Entretien avec le Dr Jean-Marie Bourgeois, professeur honoraire des Universités, président du Centre francophone de formation en échographie.   Egora – Le Panorama du Médecin : En France, la pratique de l'échographie demeure encore peu répandue en soins primaires… Dr Jean-Marie Bourgeois : Je reconnais en effet que l’échographe peine à trouver sa place dans les cabinets de médecine générale français. Et c’est bien dommage… D’autant qu’aujourd’hui, la plupart des spécialistes ont adopté ce précieux outil dans leur pratique quotidienne. C’est le cas notamment des médecins urgentistes pour qui l’échographe portable, utilisable directement au lit du malade, a démontré son efficacité. On estime qu’en France seulement 5 à 8% des généralistes seraient concernés… Ces chiffres varient en fonction des études mais également en fonction des régions. Dans les zones rurales et semi-rurales,  les médecins généralistes auront ainsi davantage tendance à se former à cette [...]

JEU – Vous trouvez que votre hôpital marche sur la tête ? Essayez d’en gérer un !

Le jeu Project Hospital, développé par le studio tchèque Oxymoron Games, offre la possibilité de diriger un hôpital de A à Z. Vous vous sentez une âme de gestionnaire ou, au contraire, vous détestez tout ce qui ressemble de près ou de loin à un tableau de service ? Essayez de faire mieux…     Jennifer Cole arrive dans votre petit hôpital de proximité. La patiente est examinée par un de vos médecins : en plus de ses éternuements, elle a le nez bouché et des céphalées. Le diagnostic est posé : rhinite allergique. Alors que le médecin s'apprête à prescrire des antihistaminiques, vous reprenez la main sur la consultation : va aussi pour les gouttes nasales, et des antalgiques tant qu'à faire. C'est inutile, mais le patient sera content et la réputation de l'hôpital en sortira grandie. A vous, alors, les contrats juteux avec les assurances… C'est là une des nombreuses combines que vous aurez à mettre en œuvre dans Project Hospital, un jeu de simulation d'hôpital développé par le [...]

2019-06-21T10:41:08+02:0021 juin 2019|EGORA news|0 Comments

Télémédecine : vos consultations valent de l’or

Depuis le 15 septembre 2018, les médecins peuvent facturer des consultations réalisées à distance. Suivi plus régulier des patients, flexibilité dans l’agenda, moins de kilomètres à parcourir… malgré ses débuts modestes, les atouts de la téléconsultation sont immenses. Et suscitent toutes les convoitises des acteurs privés.   Renouveler une ordonnance, examiner une plaie, suivre une affection longue durée, soigner une infection bénigne... Pour tous ces actes, les patients peuvent consulter un médecin sans se déplacer dans un cabinet ou patienter dans une salle d’attente. Généralisée depuis le 15 septembre dernier, la téléconsultation soulève bien des espoirs, à commencer par celui d’apporter – enfin – une solution au problème de la désertification médicale. Partout sur le territoire, mais en particulier dans les régions en manque de médecins, ces consultations virtuelles visent à faciliter l’accès aux soins, à réduire les délais pour un rendez-vous chez un spécialiste et à désengorger les urgences. "En pratique, 80 % des pathologies peuvent être suivies avec la télémédecine. Elle est très utile pour traiter les maladies [...]

2019-06-20T13:54:12+02:0020 juin 2019|EGORA news|0 Comments