EGORA news

/EGORA news

“La négociation sur les assistants médicaux peut être considérée comme un échec”

Après quatre mois de tractations entre la CNAMTS et les syndicats, les négociations sur le financement des assistants médicaux et des CPTS se sont achevées la semaine dernière. S’ouvre désormais le temps de la réflexion en vue d'une signature ou non. Pour le Dr Luc Duquesnel, Président des Généralistes-CSMF, si l’ACI exercice coordonné (CPTS) constitue une "avancée", l’avenant 7 portant notamment sur le financement des assistants médicaux manque sa cible, en excluant de fait les jeunes médecins du dispositif.   Les négociations sur l’avenant 7 ont été conclues jeudi 9 mai par une longue séance de 7 heures. Quel bilan dressez-vous, en particulier sur les assistants médicaux ? Dans cet avenant 7, il n'y a pas que les assistants médicaux. Il y aussi une avancée sur une revendication que l’on portait depuis longtemps pour les généralistes : les visites en maison de retraite qui sont chronophages. De plus en plus de médecins se voient réclamer des indus par les CPAM. Là, on aura la possibilité, lorsque l’on intervient pour plusieurs patients, de [...]

2019-05-16T14:58:33+02:0016 mai 2019|EGORA news|0 Comments

Déserts médicaux : quand les médecins retraités volent à la rescousse

L’accès aux soins est l’une des préoccupations premières des Français exprimées lors du grand débat national. Actuellement, pour pallier la problématique de la désertification médicale, les médecins retraités sont de plus en plus appelés à la rescousse. Une solution pratique mais qui ne peut être que provisoire.   "Je n’y crois plus", souffle le Dr Gérald Galliot, médecin généraliste en cumul emploi-retraite à Jouy, commune de 2500 habitants située dans la région Centre. À bientôt 68 ans, il prévoit de poursuivre "encore un peu" son activité. Si, à l’origine, il se voyait rempiler pour une ou deux années supplémentaires, "après 40 ans d’activité professionnelle, je ne pouvais pas laisser ma patientèle comme cela, sans repreneur", soutient-il. Le médecin a cherché pendant un an un successeur par le biais des petites annonces, de l’Ordre des médecins et du bouche à oreille. Puis il a arrêté de chercher… et a décidé de poursuivre son activité : "J’ai du mal à entendre pleurer mes patients qui me demandent comment ils vont se soigner lorsque je ne serai plus [...]

2019-05-15T10:59:47+02:0015 mai 2019|EGORA news|0 Comments

Dépistage du cancer du col utérin : quelle place pour le test HPV ?

Le dépistage organisé du cancer du col est désormais sur les rails en France, mais fondé sur le seul frottis cervico-utérin (FCU), au grand regret des professionnels de santé.   "Le dépistage organisé (DO) est bien sûr une bonne nouvelle", se réjouit Richard Fabre, biologiste médical et porte-parole du Collectif HPV maintenant !*, "puisque, aujourd’hui, à peine 65 % des Françaises concernées se font dépister." Pour que toutes puissent accéder au dépistage, un DO est indispensable. Mais encore faut-il que le test de dépistage soit suffisamment sensible… Il en existe deux. Le frottis cervico-utérin (FCU) est le premier test de dépistage, le plus ancien (80 ans !). Il met en évidence des cellules anormales directement sur le col, à cette zone de jonction susceptible d’abriter et de garder les papillomavirus (HPV) à l’origine du cancer du col. Il est parfaitement spécifique, en ce que si anomalies il y a, ce sont des lésions cancéreuses. Il est en revanche peu sensible parce qu’il peut méconnaître des lésions si celles-ci sont situées en dehors [...]

2019-05-14T11:16:32+02:0014 mai 2019|EGORA news|0 Comments

Comment des pirates informatiques sont parvenus à truquer les radios d’un hôpital pour simuler des cancers

Des chercheurs en sécurité informatique ont décrit une attaque inédite : s'introduire dans le système radiologique d'un hôpital pour en modifier les clichés d'imagerie, afin d’induire de faux diagnostics de cancer du poumon. Un exemple parmi beaucoup des mille et une cyberattaques susceptibles de frapper les hôpitaux, comme nous le confirme le spécialiste Vincent Trély.   La nouvelle est passée un peu inaperçue, mais elle n'a rien de rassurant. Une équipe de chercheurs en sécurité informatique de l'université Ben Gourion du Néguev (au sud d'Israël) a rendu public en avril le mode opératoire d'un "exploit" qui fait froid dans le dos : modifier les radios du poumon d'un hôpital afin de générer de faux diagnostics de cancer. Les auteurs ont développé une IA en deep learning, capable d'injecter des nodules imaginaires sur une radio de poumon normal. Pour démontrer la faisabilité de l'attaque, ils ont ensuite piraté le réseau de l'hôpital. Il leur a suffi de s'introduire en salle de radiologie derrière l'équipe de nettoyage de nuit et d'y brancher [...]

2019-05-13T14:47:34+02:0013 mai 2019|EGORA news|0 Comments

Alerte à la pénurie de tests de dépistage du cancer colorectal

Alors que le marché passé par l'Assurance maladie pour la fourniture de tests immunologiques a été annulé par la justice, certaines régions n'ont plus de stocks. Un médecin lance l'alerte.   "Les médecins généralistes n'arrêtent pas de nous appeler pour avoir des tests mais on n'en a pas", déplore sur Franceinfo le Dr Thierry Ponchon, président du centre de dépistage des cancers en Auvergne-Rhône-Alpes. "En Pays de la Loire, en PACA, en Île-de-France, en Auvergne-Rhône-Alpes, il n'y a plus de tests", alerte ce gastro-entérologue lyonnais. En cause, l'annulation du marché passé par l'Assurance maladie pour la fourniture et la lecture des tests immunologiques. Son renouvellement au 1er janvier été contesté "par trois groupements d'entreprises ayant vu leurs offres rejetées", informe la Cnam. Le juge administratif des référés leur a donné raison le 1er avril. En attendant de voir aboutir son recours devant le Conseil d'Etat, "face au risque pour la santé publique que représenterait l'interruption du programme de dépistage", la Cnam a annoncé le 2 avril prendre les "dispositions nécessaires [...]

2019-05-09T10:18:34+02:009 mai 2019|EGORA news|0 Comments

Les généralistes travaillent 54 heures par semaine et en sont plutôt contents

D'après une étude publiée par la Drees, les généralistes libéraux travaillent en moyenne 54 heures par semaine, soit l'équivalent d'un temps plein et demi, avec 6 semaines de vacances par an. Dans l'ensemble, ils sont 60 % à estimer que leurs horaires s'adaptent bien à leur vie privée.   La Drees (direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques du ministère de la Santé) vient de publier une étude très complète sur le temps de travail des généralistes en libéral. Début 2019, ils déclaraient travailler en moyenne 54 heures par semaine, réparties sur 9,5 demi-journées en moyenne (moins de cinq jours). Une durée qui se stabilise depuis 2014, après avoir accusé une baisse entre 2011 et 2014. Sur ce volume horaire, les généralistes consacrent en moyenne 44 heures et demie à leurs patients (y compris les visite et les déplacements). Le reste est dédié aux tâches de gestion et de coordination, à hauteur de 5 heures et demie, et l'actualisation des connaissances médicales (hors FMC), à raison [...]

2019-05-07T10:17:10+02:007 mai 2019|EGORA news|0 Comments

INSOLITE – Rougeole sur le paquebot de l’Eglise de scientologie… Trump et les avortements… 480 kilomètres à vélo pour interpeller Agnès Buzyn…

Rougeole : le paquebot de l'Eglise de scientologie en quarantaine à Sainte-Lucie. Les 300 passagers et membres d'équipage sont confinés à l'intérieur du bateau, à quai depuis mardi, après la découverte d'un cas de rougeole.   Le Freewinds, acquis par l'Eglise de scientologie en 1988, est "un endroit très spécial" qui permet d'atteindre "le plus haut niveau d'aide spirituelle dans la religion de Scientologie". Depuis mardi, la retraite spirituelle a tourné à l'aigre. Dès son arrivée à Castries (Sainte-Lucie), le paquebot a été mis en quarantaine par les autorités de l'île des Caraïbes, qui ont appris qu'un membre d'équipage était atteint de rougeole. "La décision a été prise de ne laisser personne débarquer. Le placement en quarantaine du navire est conforme aux lois sanitaires de Sainte-Lucie", a déclaré Merlene Fredericks-James, directrice générale de la Santé de l'île, dans un communiqué jeudi. Environ 300 personnes se trouvent à bord. Le médecin du navire a demandé 100 doses du vaccin contre la rougeole, selon le ministère, qui était en train de les [...]

2019-05-06T13:32:13+02:006 mai 2019|EGORA news|0 Comments

Rallonger d’un an l’internat de médecine générale ? Le débat est ouvert

La barre des 10 000 généralistes maîtres de stage universitaires (MSU) est enfin franchie. Pour le Collège national des généralistes enseignants (CNGE), les conditions sont désormais réunies pour mettre en place, sans attendre, la 4e année de DES (diplôme d'études spécialisées) de médecine générale. Une année "professionnalisante" qui doit permettre d'augmenter le taux d'installation des jeunes. Mais les principaux intéressés sont loin d'être convaincus. Interviews croisées du Pr Vincent Renard, président du CNGE, et de Pierre Guillet, interne en médecine générale à Tours et vice-président de l'InterSyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale (Isnar-IMG).   "La formation des internes est actuellement insuffisante"   Egora.fr : Quelles étaient les conditions fixées par le CNGE pour mettre en place cette 4e année de DES de médecine générale ? Pr Vincent Renard : Compte tenu des besoins, le CNGE avait estimé lors de son congrès 2017 que l'on devait raisonnablement viser les 12 000 maitres de stage universitaires (MSU) pour envisager cette 4e année. C'était LA condition. A partir du moment [...]

2019-05-03T11:38:38+02:003 mai 2019|EGORA news|0 Comments

Médecins libéraux : les revenus moyens par spécialité 2017 dévoilés

77 243 euros. C'est le montant moyen des bénéfices non commerciaux (BNC) déclarés par les médecins généralistes en 2017, année d'entrée en vigueur des hausses tarifaires de la nouvelle convention. D'après les chiffres dévoilés ce mardi par la Carmf, les revenus nets des médecins libéraux ont augmenté de 1, 48 % par rapport à 2016. Zoom sur les spécialités qui gagnent, et celles qui perdent.   Après deux années de quasi-stagnation, les revenus des médecins libéraux sont repartis à la hausse en 2017, d'après la Carmf, qui a enregistré 104 655 déclarations. Les BNC moyens (revenus net avant impôt, qui servent de base de calcul aux cotisations retraite), tous secteurs et spécialités confondus, se sont élevés à 91 921 euros courants*, soit une hausse de 1,48 %. Hors inflation (1,03 %), la hausse est réduite à 0,45 %, mais reste supérieure à celle de 2016 (0,30 %).   Lire aussi : Micro-BNC ou régime réel : les astuces pour faire le meilleur choix   Avec un revenu net moyen de [...]

2019-05-02T11:00:43+02:002 mai 2019|EGORA news|0 Comments

Rosp : 4915 euros en moyenne par généraliste

Après une année catastrophique qui avait justifié le déclenchement de la clause de sauvegarde, les chiffres de la rémunération sur objectif de santé publique (Rosp) au titre de l'année 2018 ne pouvaient être que meilleurs. Les résultats dévoilés ce jeudi 24 avril par la Cnam montrent une "amélioration continue" des pratiques des médecins, avec tout de même quelques ratés. Egora fait les comptes.   Les sommes devraient être versées dans les jours qui viennent sur le compte de 55 102 généralistes et médecins à expertise particulière libéraux. Cette année, la Cnam se montre un plus généreuse : en moyenne, ces derniers toucheront 4705 euros au titre de la Rosp 2018 du médecin traitant de l'adulte, soit 4% de plus que l'an dernier, pour un coût total de 259.4 millions d'euros. Revue et modernisée par la convention médicale de 2016 avec l'ajout de 17 indicateurs et le relèvement de certains objectifs, la nouvelle Rosp a bénéficié l'an dernier à plus de 2000 médecins supplémentaires. Les 50 785 généralistes médecins traitants de [...]

2019-04-29T14:35:38+02:0029 avril 2019|EGORA news|0 Comments