/EGORA news

Droit au médecin, prescription du pharmacien, fin de la Paces…. Les points chauds de la loi de santé

Le grand jour est arrivé. L'examen du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé débute ce lundi après-midi à l'Assemblée nationale. Après une semaine d'examen en commission des Affaires sociales, le texte original a été enrichi par quelque 180 amendements, parfois inattendus. Détail des mesures qui vous concernent.     LE PROJET DE LOI ISSU DE LA COMMISSION • Fin de la Paces et du numerus clausus L'article 1er du projet de loi de santé rénove l'accès aux études médicales, pharmaceutiques, odontologiques et maïeutiques, en supprimant le numerus clausus et en ouvrant des voies diversifiées. Le nombre d'étudiants admis en deuxième année sera déterminé par chaque université, en fonction des capacités de formation et des besoins de santé du territoire (numerus apertus). Des objectifs nationaux pluriannuels seront établis par l'Etat. Agnès Buzyn vise ainsi une augmentation de 20 % du nombre d'étudiants en médecine formés, soit près de 10 000 par an. Un décret en Conseil d'Etat déterminera les modalités d'admission, de réorientation et [...]

2019-03-20T10:58:52+01:0020 mars 2019|EGORA news|0 Comments

ÇA VOUS A FAIT RÉAGIR – Obligation de prendre des nouveaux patients : les médecins crient aux “travaux forcés”

Demain, les médecins généralistes auront-ils l'obligation de prendre les patients sans médecin traitant ? C'est ce que prévoit un amendement voté ce mercredi en commission des Affaires sociales dans le cadre de l'examen du projet de loi de santé. Les généralistes s'alarment. Les députés tentent de tempérer.   "Je respecte trop la liberté des médecins pour leur imposer une obligation", assure le député Bernard Perrut. Pourtant, ce mercredi, il a déposé un amendement, voté par les députés de la commission des Affaires sociales, qui ouvre la porte à une nouvelle obligation : celle de prendre des patients sans médecin traitant. "En l’absence d’accord, l’assuré peut saisir le directeur de l’organisme gestionnaire afin qu’un médecin traitant lui soit désigné parmi une liste de médecins de son ressort géographique", prévoyait l'amendement. En séance, il a été demandé au député de modifier "lui soit désigné" par "puisse lui être désigné". "Si ça peut faire avancer le débat, je suis d'accord, a concédé Bernard Perrut en commission. Il ne faut pas que le "puisse" [...]

2019-03-19T11:17:14+01:0019 mars 2019|EGORA news|0 Comments

HISTOIRE – Pétain était-il atteint de la maladie d’Alzheimer lorsqu’il était au pouvoir ? L’hypothèse d’un médecin

Troubles mnésiques, altération du jugement, apathie, propos incohérents, prosopagnosie… Le professeur de gériatrie Jean-Marie Serot a passé au crible les ouvrages consacrés au Maréchal. Il y décèle les signes d'une affection neuro-dégénérative dès 1940.   Interné à l'île d'Yeu, Philippe Pétain y décède le 23 juillet 1951 dans un "état de décrépitude sénile" très évoluée, rappelle le Pr Serot, dans un article de la Revue de Gériatrie daté de décembre : il déambule la nuit, "joue avec ses selles", "tient des propos obscènes"… Mais les troubles seraient apparus bien des années auparavant, estime l'expert, qui a lu "avec un regard médical" de nombreux ouvrages consacrés à l'ancien chef de l'Etat français. Ainsi, dès 1930, "de nombreuses anecdotes suspectes" sont attribuées à la "sénilité" ou au "gâtisme" de ce héros de guerre. Des troubles mnésiques sont mentionnés par ses collaborateurs. Dès 1938, son ancien officier d'ordonnance, le commandant Loustanau-Lacau, déplore également l'apathie du Maréchal : "il y a des jours... il reste devant son papier sans le lire et les mots [...]

2019-03-15T09:58:33+01:0015 mars 2019|EGORA news|0 Comments

Loi de santé : Thomas Mesnier désamorce les craintes des médecins libéraux

Médecins isolés, capacité de formation des universités, certificats médicaux absurdes… A la veille de l'examen par l'Assemblée nationale de la loi de Santé, le député et rapporteur Thomas Mesnier revient sur les sujets qui ont marqué l'actualité des médecins. L'urgentiste entend rassurer ses confrères et les incite à s'emparer des nouveaux outils mis à leur disposition sur les territoires.   Egora.fr : Vous avez fait bondir de nombreux médecins en disant que "l'exercice isolé du médecin est fini". Qu'entendez-vous par exercice isolé ? Aujourd'hui les médecins, même seuls en cabinet, exercent en réseau… Dr Thomas Mesnier : Je reprenais les termes du président de la République quand il a fait les annonces du plan "Ma Santé 2022", en septembre dernier. L'idée est de dire : il y a encore des médecins, soit en cabinet seul, soit à deux ou trois, mais qui ne parlent pas ou ne se coordonnent pas avec les professionnels qui sont à 300 ou 400 mètres. L'évolution des pratiques tend vers plus de soins coordonnés, plus [...]

2019-03-14T10:01:43+01:0014 mars 2019|EGORA news|0 Comments

Ils dépistent, vaccinent et pourraient bientôt prescrire… Faut-il avoir peur des pharmaciens ?

La guerre est déclarée. Alors qu'un amendement au projet de loi de santé propose d'autoriser les pharmaciens à prescrire des médicaments dans le cas des "petites urgences", les syndicats médicaux crient à "l'atteinte de l'intégrité du métier de généraliste". Car depuis 2009 en effet, les pharmaciens, qui se revendiquent comme des professionnels de santé à part entière, cumulent les nouvelles compétences, quitte à empiéter sur les plates-bandes des médecins.   "Apothicaires", "commerçants", "épiciers", "médecins ratés", "suppôts des labos"… Depuis quelques jours, les pharmaciens subissent une véritable bronca. En cause : la proposition du député LREM Thomas Mesnier de les autoriser à délivrer sans ordonnance certains médicaments soumis à prescription obligatoire. La mesure, issue du rapport du médecin urgentiste sur la prise en charge des soins non programmés, vise à éviter l'engorgement des urgences par ces "petites pathologies qui, faute de médecins disponibles, ne peuvent être traitées en ville", explique au Parisien le promoteur de cet amendement LREM au projet de loi de santé, dont il est par ailleurs le rapporteur [...]

2019-03-13T10:49:14+01:0013 mars 2019|EGORA news|0 Comments

“Ingratitude corporatiste” : la liberté d’installation remise en cause par plusieurs amendements

Qui dit projet de loi de santé, dit amendements remettant en cause la liberté d'installation des médecins. Le texte qui sera examiné le 18 mars à l'Assemblée nationale ne déroge pas à la règle. S'opposant à toute "mesure coercitive", l'Anemf se dit prête à se mobiliser.   "La liberté d’installation totale dont jouissent les professionnels de santé exerçant en ville les mènent naturellement à privilégier leur confort de vie présumé sur leur mission de service public", attaquent les députés de La France insoumise, dans l'exposé sommaire d'un amendement au projet de loi de santé visant à conditionner le conventionnement des médecins à "l’appréciation de la densité de l’offre de soin dans sa zone d’installation". Dans un contexte de hausse "des inégalités d'accès à la santé", les Insoumis estiment que la liberté d'installation constitue "une forme d'ingratitude corporatiste envers la collectivité". Alors que l'État "finance les études des médecins" et que la Sécurité sociale assure "leurs revenus", " il semble cohérent de réclamer de la part des médecins une contrepartie, en [...]

2019-03-12T10:40:31+01:0012 mars 2019|EGORA news|0 Comments

Assistants médicaux : “il y a encore des freins à lever”

Un mois jour pour jour après avoir braqué l'ensemble des syndicats en affichant sa volonté d'augmenter la productivité horaire des médecins bénéficiaires d'un poste d'assistant médical, la CNAM a présenté une copie revue et corrigée aux représentants de la profession lors de la séance de négociation conventionnelle du jeudi 7 mars. Pour le Dr Luc Duquesnel, président Les Généralistes-CSMF, "on avance dans le bon sens". Mais des points de blocage subsistent.   Le 7 février dernier, les syndicats quittaient la table des négociations conventionnelles sur les assistants médicaux en dénonçant la volonté de la CNAM d'augmenter le nombre horaire de consultations. Les nouvelles contreparties au financement du poste proposées le 7 mars sont-elles acceptables ? Certains obstacles ont été levés et l’affichage par la CNAM a changé. Au-delà d'un certain niveau d'activité (1693 patients médecin traitant de plus de 16 ans), le financement serait pérenne, sans obligation de prendre de nouveaux patients. Même si ce seuil devra descendre car il est beaucoup trop élevé, il faut faire confiance aux médecins [...]

2019-03-11T12:05:09+01:0011 mars 2019|EGORA news|0 Comments

INSOLITE – 10 expressions populaires expliquées par la médecine

D'où vient l'expression "avoir une peur bleue"? Pourquoi dit-on "à la six-quatre-deux"? Quel est le sens profond de "n'avoir pas froid aux yeux"? Auteur de plusieurs ouvrages de vulgarisation médicale, le Dr Denis Milliès Lacroix décrypte avec humour 200 expressions en rapport avec le corps. Nombre sont celles qui touchent à la maladie, voire qui ont été promues par des médecins. 200 drôles d'expressions qui ont du corps, Editions Le Robert, 17 euros.     Florilège.     Source : www.egora.fr Auteur : Dr Denis Milliès Lacroix Sur le même thème : Fin du numerus clausus, suicide, antivax… L'actu 2018 en dessins Passeurs de drogue, catastrophes aériennes... Le célèbre Dr aéroport de Roissy révèle ses secrets La guérison "inexpliquée" de Sœur Bernadette Moriau, 70e miracle de Lourdes Régime, couche, fatigue… Médecin, je me suis mis dans la peau de mes patients atteints de Mici "Infection virginale", "Coyote impromptu" et "Changement de sexe" : le meilleur des perles chez le sexologue

2019-03-08T14:07:24+01:008 mars 2019|EGORA news|0 Comments

Les nouveaux traitements des bouffées de chaleur

Le traitement des troubles vasomoteurs de la ménopause est complexe du fait du manque de molécules autorisées. Les antidépresseurs ont démontré leur intérêt dans ce domaine et de nombreuses recherches sont en cours pour identifier de nouvelles cibles.   Les bouffées de chaleur constituent un problème majeur de la ménopause du fait de leur fréquence, ce phénomène touchant entre 50 et 75% des femmes à cette période de leur vie. Et si ce symptôme dure en moyenne 4 ans, les bouffées de chaleur peuvent persister bien plus longtemps, jusqu’à 20 ans chez 15% des femmes. Les bouffées de chaleur représentent une vraie difficulté sur le plan thérapeutique. Mais avant d’envisager un traitement, il sera toujours utile d’éliminer les autres causes de sudation ou de thermophobie, notamment les hypo ou hyperglycémies, l’hyperthyroïdie et plus rarement certaines tumeurs neuroendocriniennes.   Utilité des mesures non pharmacologiques Dans tous les cas, des mesures générales peuvent être proposées, a rappelé le Pr Nathalie Chabbert-Buffet (hôpital Tenon, Paris) lors du dernier congrès du Groupe d’étude sur [...]

2019-03-06T11:19:13+01:006 mars 2019|EGORA news|0 Comments

Classement des pays en meilleure santé : l’Espagne en tête, la France est loin derrière

L’Espagne arrive en tête du classement des pays où les habitants sont en meilleure santé, selon l’index de Bloomberg. Cinq autres pays européens complètent le top 10 mondial. La France n'est classée qu'en 12ème place.   Les mauvaises langues peuvent se taire : il fait bon vivre en Europe. Pas moins de six pays de l’Union européenne se classent dans le top 10 des pays où les habitants sont en meilleure santé, selon l’édition 2019 de l’index de Bloomberg. En gagnant cinq places par rapport à 2017, l’Espagne prend même la tête de ce palmarès, devançant ainsi l’Italie. Vient ensuite l’Islande, juste avant la Suisse et le Japon. La Suède arrive en sixième position, après l’Australie (7e), qui est suivie de Singapour (8e), de la Norvège (9e) et enfin d’Israël (10ème). La France, quant à elle, se hisse péniblement à la 12ème position. De l’autre côté de l’Atlantique, le Canada (16ème place) se situe loin devant le Mexique (53è) mais aussi des Etats-Unis (35è), plombés par le nombre élevé d’overdoses et [...]

2019-03-05T10:17:54+01:005 mars 2019|EGORA news|0 Comments