/EGORA news

70% des Français satisfaits de leur médecin généraliste

D'après une enquête OpinionWay pour la mutuelle Adréa, 70 % des patients s'estiment suffisamment ou assez accompagnés par leur médecin traitant. Le sentiment des patients d'être bien accompagné est plus faible lorsqu'il s'agit d'un médecin spécialiste ou d'une infirmière. Il tombe, respectivement, à 59 % et 50 %. Si les Français sont satisfaits par leur médecin traitant, ils sont plus circonspects quant au système de santé qu'ils estiment mal pensé pour les patients. Seulement 42% des personnes interrogées le trouvent satisfaisant. A l'inverse, 56 % le trouvent mal adapté, et 2 % ne savent pas trop qu'en penser. 76 % des patients souhaiteraient que plus de place soit accordée aux malades. Pour cela, 53 % d'entre eux pensent qu'il faut une meilleure coordination des soins entre les médecins hospitaliers, les médecins traitants et les pharmaciens. [Avec santemagazine.fr] Source : www.egora.fr Auteur : S. B.

2018-11-13T11:53:36+00:0013 novembre 2018|EGORA news|0 Comments

Paperasse, compta, ménage… Ces tâches qui vous empoisonnent

"Libérer du temps médical." C'est le nouveau mot d'ordre de la lutte contre les déserts médicaux. Alors que l'augmentation du numerus clausus ne produira ses effets que dans 10 ans, le gouvernement compte sur les transferts de compétences et sur les futurs assistants médicaux pour décharger les médecins d'actes à faible valeur médicale ajoutée. Mais combien de temps les généralistes pourront-ils réellement gagner ? Interne en médecine générale, Jean-Baptiste Prunières a mené l'enquête. Soutenue le 16 octobre, sa thèse* présente une étude inédite chiffrant la charge de travail non médicale des généralistes libéraux. Car ces tâches, particulièrement chronophages, freinent l'attractivité de l'exercice.   Egora.fr : Pourquoi avoir choisi cette problématique pour votre thèse ? Jean-Baptiste Prunières : Les stages en libéral et les remplacements m'ont montré qu'il y avait un grand nombre de tâches qui ne relevaient pas de notre métier. Ces tâches annexes prennent un temps important, notamment en fin de journée de consultations quand on est fatigué et qu'on voudrait rentrer chez soi... C'est une surcharge importante de travail [...]

2018-11-08T14:17:17+00:008 novembre 2018|EGORA news|0 Comments

“Les médecins qui ne valideront pas la recertification n’auront pas le droit d’exercer”

Dès 2021, tous les nouveaux médecins devront passer régulièrement une recertification. Tous les 6 ans, ils devront valider un certain nombre de journées de formation dont le contenu reste à définir. Une procédure indispensable, selon Agnès Buzyn, pour qui "la confiance se donne, et celle des patients pour leurs médecins repose sur la fiabilité et l’acuité de leurs connaissances".   "Les médecins qui ne valideront pas la recertification n’auront pas le droit d’exercer", a lâché, catégorique, le Pr Serge Uzan en rendant son rapport ce lundi. Mais derrière ces propos tranchants, c’est une profonde bienveillance à l’égard des médecins qui est revendiquée par le président de la mission sur la recertification. D’ailleurs, il se presse d’ajouter : "Mais c’est impossible, ça n’arrivera pas. Certains ne voudront pas s’y soumettre, c’est autre chose. Mais alors, c’est une façon de se réorienter vers autre chose que la médecine…" A quoi devrait ressembler la recertification des médecins  Si le Pr Serge Uzan est convaincu de la réussite de la procédure de "Certification et valorisation périodique" qu’il propose à [...]

2018-11-06T10:19:50+00:006 novembre 2018|EGORA news|0 Comments

A quoi devrait ressembler la recertification des médecins

Une évaluation des compétences tous les 6 ans, obligatoire pour les futurs diplômés, pouvant conduire à des remises à niveau… Voilà à quoi devrait ressembler la future recertification des médecins. Le Pr Serge Uzan remet ce lundi ses recommandations à Agnès Buzyn. En attendant la remise officielle du rapport du Pr Serge Uzan à Agnès Buzyn, ce lundi au ministère, le document devait rester confidentiel. Mais les propositions très attendues sur la recertification des médecins ont été dévoilées ce lundi matin, sur France Inter, dans le journal de 8 heures. Le rapport, adressé aux rédactions dès mercredi dernier, propose une "valorisation périodique" des connaissances des médecins tous les six ans. Il ne s'agit ni d'un "exercice de contrôle", ni d'un "examen remettant en cause les diplômes acquis", mais d'un "accompagnement tout au long de la carrière des médecins", assurent les auteurs. Concrètement, la procédure sera obligatoire pour tous les médecins diplômés après 2021. Pour les médecins déjà en exercice, elle est "ouverte et largement encouragée", mais reste basée sur le volontariat. La mission entend [...]

2018-11-05T15:00:20+00:005 novembre 2018|EGORA news|0 Comments

Suisse : ces revenus de médecins qui font rêver

Les revenus des médecins en Suisse sont nettement plus élevés que ce qui avait été calculé jusqu'ici. Une étude basée sur de nouveaux critères montre que le revenu médian des médecins spécialistes indépendants atteint 257 000 francs suisses par an (225 895 euros). L’étude commandée par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) analyse les revenus des médecins spécialistes salariés ou indépendants de 2009 à 2014. Elle montre des écarts importants entre salariés et indépendants, et selon les spécialités. Les revenus médians (la moitié des personnes a un revenu inférieur et l’autre moitié, un revenu supérieur) s'élèvent à 697 000 francs suisses (612 642 euros) pour les neurochirurgiens indépendants et 627 000 francs suisses (551 111 euros) pour les gastro-entérologues. Chez les médecins de premier recours, le revenu médian s'élève à 237 000 francs suisses (208 315 euros).  Les pédopsychiatres, 183 000 francs suisses (160 851 euros) et les psychiatres 195 000 francs suisses (171 399 euros) ferment la marche. Les différences sont tout aussi importantes chez les médecins salariés, qui [...]

2018-10-31T11:02:44+00:0031 octobre 2018|EGORA news|0 Comments

Pénuries de médicaments : la réponse des industriels

Alors qu'un collectif de patients, soutenu par des neurologues, alertait hier dans Le Parisien sur la multiplication des ruptures de stock et tensions d'approvisionnement touchant les médicaments antiparkinsoniens, l'organisation représentative des entreprises du médicaments (Leem), mises en cause, a réagi en pointant des responsabilités multiples.   "C’est un cri, c’est une alerte, c’est un appel pour non-assistance à personnes en danger" qu'ont lancé lundi dans Le Parisien le collectif Parkison, représentant sept associations de malades, avec le soutien de neurologues. Alors que le Simenet est en rupture de stock depuis fin août, "les malades doivent se contenter des miettes que les laboratoires veulent bien accorder. Ou encore se contenter de suivre les recommandations de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) qui les oriente vers des médicaments plus ou moins équivalents dont les stocks sont eux-mêmes insuffisants pour compenser dans la durée les ruptures d’approvisionnement", lance-t-il. Fustigeant l'impuissance des pouvoirs publics "à rappeler avec force et efficacité aux dirigeants des laboratoires pharmaceutiques que leur responsabilité première est d’apporter les meilleures réponses possibles aux malades", le [...]

2018-10-31T11:01:17+00:0031 octobre 2018|EGORA news|0 Comments

Arrêts maladie : les dix propositions qui pourraient changer vos prescriptions

La mission sur les arrêts de travail, mandatée par le Premier ministre en septembre dernier, vient de rendre ses premières conclusions. Ils formulent 10 propositions à mettre en œuvre rapidement, qui concernent particulièrement les médecins. Le professeur en médecine générale Stéphane Ouistric, le DRH du groupe Safran Jean-Luc Bérard, et le conseiller-maître de la Cour des comptes, Stéphane Seiller, avaient été missionnés en septembre par le Premier ministre pour plancher sur l'augmentation des dépenses liées aux arrêts maladie.  Après un mois de concertation avec les acteurs du secteur, ils ont rendu un rapport intermédiaire. S'ils indiquent qu'il est encore trop tôt pour présenter des propositions détaillées, ils avancent déjà un premier diagnostic. Avant tout, ils estiment indispensable "de distinguer les déterminants d'inefficience du système d'indemnisation des arrêts de travail, permanents ou évoluant dans le temps long (…) des déterminants plus conjoncturels expliquant les augmentations récentes de la dépense d'indemnisation". "Ne pas faire cette distinction, ce serait prendre le risque d'entretenir des jugements erronés et partiaux sur la situation actuelle d'augmentation [...]

2018-10-29T10:07:46+00:0029 octobre 2018|EGORA news|0 Comments

Retraite universelle : “Ce serait la fin de la Carmf”

A l'occasion des 70 ans de la Caisse autonome de retraite des médecins de France (Carmf), le président Thierry Lardenois évoque la situation de la retraite du médecin libéral. Et affiche son pessimisme sur l'impact du futur régime universel de retraite, promis par le président Macron. Car malgré ses zones de floue, la configuration annoncée signerait la mort de la Carmf.   Egora.fr : A la lumière des statistiques de la Carmf, diffusées à l'occasion de son 70ème anniversaire, peut-on dire que c'est une "bonne affaire" d'être un médecin libéral, par rapport à un cadre supérieur vis-à-vis de la retraite, par exemple ? Dr Thierry Lardenois : Trois fois oui. La Carmf a 70 ans, et il y a des maisons de cet âge qui ont coulé, y compris dans d'autres caisses. Ce n'est pas notre cas et bien au contraire, nous nous sommes élargis, améliorés et nous avons sur-performé. La Carmf est aussi une caisse de prévoyance et d'action sociale. Le médecin doit se rendre compte qu'il aurait une prestation bien [...]

2018-10-26T09:51:32+00:0026 octobre 2018|EGORA news|0 Comments

Prescription par le pharmacien : “Ça commence à suffire !” s’emporte le président de l’Ordre

Interrogé par Le Monde sur l'amendement au PLFSS 2019 déposé par la députée LREM et urgentiste Delphine Bagarry, le Dr Patrick Bouet s'est dit "déçu" de voir une énième compétence médicale donnée à un autre professionnel. "Ça commence à suffire ! On ne transforme pas le système de santé en enlevant des compétences aux médecins pour les donner à des professionnels qui ne les ont pas dans leur périmètre ou dans leur formation ! Il y a un moment où il faut que les choses s’arrêtent !", s'agace le président du Conseil national de l'Ordre des médecins, le Dr Patrick Bouet, dans Le Monde. Appelé à donner son avis sur la dispensation sans ordonnance, sur protocole, de médicaments soumis à prescription obligatoire par le pharmacien pour des pathologies à "diagnostic facile" (eczéma, cystite, conjonctivite…), l'élu ordinal s'est dit "lassé" et "déçu". Vaccination antigrippale, renouvellement d'ordonnance de patients chroniques… le président de l'Ordre dénonce cette "surenchère d’amendements proposant des expérimentations ne s’inscrivant pas dans une stratégie de réforme du système de santé". Même opposition du côté de la CSMF, de MG France ou de la FMF. "Arrêtons de vouloir faire changer les pharmaciens [...]

2018-10-25T17:14:19+00:0025 octobre 2018|EGORA news|0 Comments

PLFSS 2019 : Un encadrement de l’enveloppe de ville qui inquiète

Une disposition du projet de budget de la sécurité sociale 2019, débattu à partir du 23 octobre à l'Assemblée nationale, instaure une "réserve prudentielle" sur l'Objectif National des Dépenses d’Assurance Maladie (ONDAM) de ville. Le Président des Généralistes de la CSMF s'inquiète de la répercussion de ce gel des crédits sur la mise en place de la réforme et l'organisation de la coordination des soins.   En présentant son dernier rapport sur l'application des lois de financement de la sécurité sociale, le 4 octobre dernier, Didier Migaud, le Premier Président de la Cour des Comptes a, certes, applaudi au retour à l'équilibre de la sécurité sociale, porté par le retour de la croissance et espéré pour l'année prochaine. Une première depuis 2001. Mais il a aussi, dans le même temps, donné un mauvais point à la branche Maladie, et plus spécifiquement aux soins de ville, dont le "déficit structurel" les fait flirter régulièrement avec le déficit. "Comme en 2015 et 2016, on observe un important dépassement de l'enveloppe prévisionnelle des [...]

2018-10-22T14:12:01+00:0022 octobre 2018|EGORA news|0 Comments