/Lucyna WOZNIAK

About Lucyna WOZNIAK

This author has not yet filled in any details.
So far Lucyna WOZNIAK has created 359 blog entries.

Une rentrée 2019 très chargée

Alors que la France est encore sous le choc du mouvement des « Gilets Jaunes », le Dr Luc Duquesnel, président des Généralistes-CSMF, rappelle les grands enjeux des négociations prévues dès janvier prochain.   Comment Les Généralistes-CSMF abordent-ils cette rentrée 2019 qui sera marquée par plusieurs négociations et événements majeurs, dès janvier ? Dr Luc Duquesnel. Nicolas Revel, le Directeur de la Caisse Nationale d'Assurance Maladie, nous a annoncé le calendrier des négociations qui doivent commencer à la mi-janvier et durer jusqu'à la fin mars. Elles se dérouleront chaque semaine avec alternativement une semaine consacrée à la négociation conventionnelle autour des assistants médicaux et une semaine pour l'ACI (Accord Conventionnel Interprofessionnel) CPTS. Nous allons mener les deux négociations de front, ce qui laisse penser que le Directeur de la CNAM dispose d'une enveloppe globale dans le cadre de l'ONDAM, qu'il voudra faire respecter. On peut en effet penser que ce qui sera donné à une négociation ne sera pas donné à l'autre, cette enveloppe ne devant pas être dépassée. La première négociation, sur [...]

2018-12-17T16:37:05+00:0017 décembre 2018|EGORA news|0 Comments

Pour leur information médicale, les femmes médecins généralistes aiment internet, les hommes la visite médicale

Une enquête qualitative et quantitative souligne les évolutions significatives des médecins hommes et femmes, vis-à-vis de leurs sources d'information médicale. Une enquête BVA/FNIM (Fédération nationale de l'information médicale), soutenue par le Syndicat de la presse et de l'Edition des professions de santé (SPEPS), souligne les évolutions des comportements des médecins vis-à-vis des sources d'information médicale. Ainsi, pour 44 % des femmes médecins généralistes (majoritaires parmi les moins de 45 ans), ce sont les sites des autorités de santé sur internet qui leur servent de principale source d'information dans le cadre de leurs pratiques professionnelles. Ils n'emportent que 18 % de suffrages des hommes. A l'inverse, la visite médicale n'a pas la côte parmi les femmes médecins généralistes (19 %), mais elle figure en pôle position chez leurs confrères masculins (48 %). S'agissant des sources influençant les pratiques professionnelles, 44 % de tous les médecins de moins de 45 ans désignent les confrères, suivis par le média de formation médicale (33 %). Source : www.egora.fr Auteur : C. L B

Pourquoi le plan de Buzyn n’est pas à la hauteur de la crise selon le président de l’Ordre

A l'occasion de la publication de la dernière édition de l'Atlas de la démographie de l'Ordre des médecins, le président Patrick Bouet a rappelé quels étaient pour l'institution ordinales, les éléments indispensables pour qu'une réforme du système de santé réussisse.  Eléments qui ne sont pas réunis dans "Ma santé 2022" défendu par le gouvernement alors que la médecine générale libérale poursuit sa descente aux enfers. Pour la médecine générale, l'état d'urgence est maintenu. En huit ans, les effectifs des spécialistes en médecine générale, en activité régulière tous modes d'exercice confondus, ont fondu de 7 %, et de 0,4 % entre 2017 et 2018, souligne la dernière édition de l'Atlas démographique de l'Ordre des médecins. On compte 87 801 médecins généralistes inscrits au tableau de l'Ordre, en 2018, sur 198 081 médecins en activité régulière, et 296 755 médecins au total, inscrits au tableau.   Urgence d'une réforme en profondeur   Et la dégringolade de la médecine générale n'est pas près de s'arrêter. Elle va se poursuivre jusqu'en 2025 où les [...]

Réforme : Ne pas laisser l’hôpital public “couvrir le territoire à lui seul”

Le Président des Généralistes de la CSMF estime qu'il va falloir se retrousser les manches pour répondre aux exigences de la réforme. Si la tâche semble à portée de mains pour les hôpitaux, constitués en Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT), elle sera autrement plus ardue pour les professions de santé libéraux qui devront composer un modèle structuré en Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS). Emmanuel Macron en veut 1000 d'ici la fin du quinquennat. Un énorme chantier.   Vous venez d’assister à une intervention de la directrice de la DGOS, Cécile Courrèges, autour de la réforme "Ma santé 2022". Qu'en avez-vous retiré ? Dr Luc Duquesnel. Je suis impressionné par l'action du gouvernement. Au-delà des effets d'annonce, tant pour l'hôpital public que pour l'ambulatoire, des réorganisations territoriales vont se mettre en place sans marche arrière possible, à court et moyen termes, qui vont restructurer complètement l’organisation de la santé dans nos territoires. Aujourd'hui, à l'hôpital, nous avons des GHT qui sont très souvent à l’échelle d’un département avec une CME [...]

2018-12-04T16:25:48+00:0026 novembre 2018|EGORA news|0 Comments

Allo papa bobo : une interne en croisade contre les pères largués aux urgences

Tout le monde trouve ça normal, sauf elle. Choquée de voir des pères si peu investis dans la prise en charge de leur enfant malade, une interne en médecine générale a créé un compte Twitter pour dénoncer ce qu'elle appelle la "charge mentale en pédiatrie". Ses témoignages ont suscité une prise de conscience.   "J'étais de garde aux urgences pédiatriques. J'étais couchée depuis vingt minutes quand on m'a réveillée", relate Mathilde*, interne en médecine générale en Ile-de-France. Il est 4h30 du matin. Un père vient de se présenter avec son enfant de 18 mois : le bébé a du mal à respirer. "Je ne sais pas faire les lavements de nez… est-ce que vous pouvez le faire?", implore-t-il. L'interne et l'infirmière qui l'accompagne tombent des nues. "En 18 mois, vous n'avez jamais appris ?", se souvient d'avoir réagi Mathilde. "Bah non, d'habitude c'est ma femme qui les fait, répond le papa. Mais elle est en déplacement. Et moi quand je le fais, il pleure." "Choquées", les deux soignantes se mettent en tête d'apprendre à l'homme démuni [...]

2018-11-22T14:14:11+00:0022 novembre 2018|EGORA news|0 Comments

Ce que mijote le gouvernement pour sortir du paiement à l’acte

Le directeur de la DREES, Jean-Marc Aubert a remis son rapport sur les modes de financement et de régulation dans le cadre de la stratégie nationale de transformation du système de santé.  Il préconise une évolution progressive des modes de financement au cours des trois prochaines années. L'objectif affiché est d'inciter davantage les acteurs à développer la prévention, à s'assurer d'un standard élevé de qualité, à rechercher une plus grande pertinence des soins et à prendre le temps d'une meilleure coordination.   Entre les 54 mesures de la stratégie nationale de transformation du système de santé et le vote prochain du plan de financement de la sécurité sociale 2019, les médecins s'apprêtent à sentir un vent de changements. Pour Jean-Marc Aubert, auteur du rapport sur les modes de financements et de régulation de la stratégie de transformation du système de santé – l'un des cinq chantiers de la réforme -  "le financement est un des leviers essentiels" à cette évolution. Le rapporteur de la "task force" sur le sujet regrette [...]

2018-11-19T12:03:03+00:0019 novembre 2018|EGORA news|0 Comments

70% des Français satisfaits de leur médecin généraliste

D'après une enquête OpinionWay pour la mutuelle Adréa, 70 % des patients s'estiment suffisamment ou assez accompagnés par leur médecin traitant. Le sentiment des patients d'être bien accompagné est plus faible lorsqu'il s'agit d'un médecin spécialiste ou d'une infirmière. Il tombe, respectivement, à 59 % et 50 %. Si les Français sont satisfaits par leur médecin traitant, ils sont plus circonspects quant au système de santé qu'ils estiment mal pensé pour les patients. Seulement 42% des personnes interrogées le trouvent satisfaisant. A l'inverse, 56 % le trouvent mal adapté, et 2 % ne savent pas trop qu'en penser. 76 % des patients souhaiteraient que plus de place soit accordée aux malades. Pour cela, 53 % d'entre eux pensent qu'il faut une meilleure coordination des soins entre les médecins hospitaliers, les médecins traitants et les pharmaciens. [Avec santemagazine.fr] Source : www.egora.fr Auteur : S. B.

2018-11-13T11:53:36+00:0013 novembre 2018|EGORA news|0 Comments

Paperasse, compta, ménage… Ces tâches qui vous empoisonnent

"Libérer du temps médical." C'est le nouveau mot d'ordre de la lutte contre les déserts médicaux. Alors que l'augmentation du numerus clausus ne produira ses effets que dans 10 ans, le gouvernement compte sur les transferts de compétences et sur les futurs assistants médicaux pour décharger les médecins d'actes à faible valeur médicale ajoutée. Mais combien de temps les généralistes pourront-ils réellement gagner ? Interne en médecine générale, Jean-Baptiste Prunières a mené l'enquête. Soutenue le 16 octobre, sa thèse* présente une étude inédite chiffrant la charge de travail non médicale des généralistes libéraux. Car ces tâches, particulièrement chronophages, freinent l'attractivité de l'exercice.   Egora.fr : Pourquoi avoir choisi cette problématique pour votre thèse ? Jean-Baptiste Prunières : Les stages en libéral et les remplacements m'ont montré qu'il y avait un grand nombre de tâches qui ne relevaient pas de notre métier. Ces tâches annexes prennent un temps important, notamment en fin de journée de consultations quand on est fatigué et qu'on voudrait rentrer chez soi... C'est une surcharge importante de travail [...]

2018-11-08T14:17:17+00:008 novembre 2018|EGORA news|0 Comments

“Les médecins qui ne valideront pas la recertification n’auront pas le droit d’exercer”

Dès 2021, tous les nouveaux médecins devront passer régulièrement une recertification. Tous les 6 ans, ils devront valider un certain nombre de journées de formation dont le contenu reste à définir. Une procédure indispensable, selon Agnès Buzyn, pour qui "la confiance se donne, et celle des patients pour leurs médecins repose sur la fiabilité et l’acuité de leurs connaissances".   "Les médecins qui ne valideront pas la recertification n’auront pas le droit d’exercer", a lâché, catégorique, le Pr Serge Uzan en rendant son rapport ce lundi. Mais derrière ces propos tranchants, c’est une profonde bienveillance à l’égard des médecins qui est revendiquée par le président de la mission sur la recertification. D’ailleurs, il se presse d’ajouter : "Mais c’est impossible, ça n’arrivera pas. Certains ne voudront pas s’y soumettre, c’est autre chose. Mais alors, c’est une façon de se réorienter vers autre chose que la médecine…" A quoi devrait ressembler la recertification des médecins  Si le Pr Serge Uzan est convaincu de la réussite de la procédure de "Certification et valorisation périodique" qu’il propose à [...]

2018-11-06T10:19:50+00:006 novembre 2018|EGORA news|0 Comments

A quoi devrait ressembler la recertification des médecins

Une évaluation des compétences tous les 6 ans, obligatoire pour les futurs diplômés, pouvant conduire à des remises à niveau… Voilà à quoi devrait ressembler la future recertification des médecins. Le Pr Serge Uzan remet ce lundi ses recommandations à Agnès Buzyn. En attendant la remise officielle du rapport du Pr Serge Uzan à Agnès Buzyn, ce lundi au ministère, le document devait rester confidentiel. Mais les propositions très attendues sur la recertification des médecins ont été dévoilées ce lundi matin, sur France Inter, dans le journal de 8 heures. Le rapport, adressé aux rédactions dès mercredi dernier, propose une "valorisation périodique" des connaissances des médecins tous les six ans. Il ne s'agit ni d'un "exercice de contrôle", ni d'un "examen remettant en cause les diplômes acquis", mais d'un "accompagnement tout au long de la carrière des médecins", assurent les auteurs. Concrètement, la procédure sera obligatoire pour tous les médecins diplômés après 2021. Pour les médecins déjà en exercice, elle est "ouverte et largement encouragée", mais reste basée sur le volontariat. La mission entend [...]

2018-11-05T15:00:20+00:005 novembre 2018|EGORA news|0 Comments