Lettre Hebdo 807 /// 13-12-2018

Pour cette dernière lettre hebdo de l’année, j’aurais aimé pouvoir simplement vous souhaiter d’excellentes fêtes et surtout de passer de bons et nécessaires moments pour nos équilibres avec vos proches, ceux que vous aimez.
Malheureusement, le terrible et très triste attentat de mardi soir à Strasbourg va endeuiller nos pensées qui vont aux victimes et aux familles mais aussi à toutes les équipes qui ont été mobilisées lors du plan blanc.
Une pensée très confraternelle aussi à tous les médecins qui souffrent en raison d’un exercice devenu très difficile à bien des égards et en premier lieu au médecin de Seine Saint-Denis passé à tabac par un patient et au médecin marseillais qui a été violemment agressé et séquestré.

Défendez-vous et soutenez-nous en vous syndiquant.
Dr Julie Caron-Mazet, secrétaire Générale Les Généralistes CSMF.

“Les Généralistes-CSMF” lance l’observatoire du burn-out

On l’entend lors de nos discussions, on le lit tous les jours, le mal-être, l’épuisement professionnel ou burn-out touchent de plus en plus de médecins, alors que, dans le même temps, le temps de travail selon les études est bien inférieur à celui d’il y a 20 ou 30 ans…

Quels sont les facteurs qui nous font basculer dans la dépression ?
Quel est l’élément déclencheur qui va rendre l’exercice, autrefois choisi et aimé, en une souffrance parfois insupportable.
Nous ouvrons aujourd’hui ce livre blanc, cet observatoire qui est le vôtre et que nous ferons remonter auprès des instances concernées.

Deux façons de vous exprimer : un sondage et la possibilité de nous adresser vos réflexions, votre expérience sous la forme d’un texte libre.
Sondage :
–  Vous êtes-vous déjà senti épuisé moralement ?
– Qu’est ce qui, dans votre pratique quotidienne, vous pèse le plus et pourrait avoir un impact très négatif sur votre moral et vos conditions d’activité ?

Flash info : logiciel en ligne indisponible

Vous avez été très nombreux mardi matin à avoir été impactés par une trop longue panne. Nous, Les Généralistes-CSMF, avons tout de suite fait remonter ce fait et nous avons interrogé le directeur de Cégédim sur l’origine de cet incident et sur les suites à donner, notamment en nous octroyant un geste commercial.

Les Généralistes-CSMF demandent à l’éditeur de logiciel Cégédim de faire un geste commercial fort afin de compenser la panne informatique de ce matin qui aura duré presque 4 heures avec tout ce que cela implique de stress, de difficultés administratives et de temps perdu à renseigner des dossiers après coup. Les excuses adressées par mail ne suffiront plus pour cette panne de trop ! Rappelons que nos abonnements ont augmenté sous prétexte que notre “forfait structure” augmente, nous sommes donc en droit d’attendre un service irréprochable.
Julie Caron-Mazet, secrétaire générale Les Généralistes CSMF 

Billet d’humeur Dr Mickaël Riahi, Les Généralistes-CSMF 75

Une décision politique relève-t-elle de l’analyse, de la mûre réflexion ou du buzz médiatique ? Plusieurs sujets brûlants tournant autour de la santé laissent penser que tweeter a plus d’influence qu’une concertation. Prenons la question de l’homéopathie.
L’homéopathie est une pratique médicale appréciée et recherchée par de nombreux patients. Est-ce l’urgence actuelle de la dérembourser, au risque de mettre en difficulté nos confrères ? On oublie que les homéopathes sont avant tout des médecins. S’ils viennent à prendre en charge une méningite ou une arythmie, ils sauront quoi faire. Si une loi vient à freiner leur activité, qui permet d’affirmer que leurs patients consulteront des médecins allopathiques ? N’iront-ils pas remplir les salles déjà trop nombreuses des nouveaux marabouteux ? Cette belle « économie » risque de donner encore plus de travail aux urgences par une mauvaise prise en charge.
Au-delà de ça, il y a quelque chose de malsain à jeter aux piloris sur la place publique tout un ensemble de confrères, grâce au buzz. Il n’y a aucun débat via Twitter ou Facebook. Mais ceux qui savent les utiliser peuvent manipuler l’opinion de manière inquiétante. C’est le rôle du politique de garder la tête froide et d’organiser une concertation avec tous les acteurs, pas seulement les plus médiatiques. Il en est de même sur le numérus clausus ou sur la réforme des ECN. Un film sur la dureté de la première année de médecine et on fait à la va-vite une réforme aussi importante sans grand débat ? Un tweet sur l’empathie et on pense revenir aux temps anciens où le choix d’une spécialité était au bon vouloir des chefs de service ? Depuis quand être bon en sciences prouvait qu’on était froid et sans psychologie ? Pourquoi nier que les qualités d’endurance, courage, d’apprentissage et d’efficacité sont toutes utiles pour exercer notre profession ? Pourquoi balayer le fait que la préparation des ECN constitue un travail titanesque permettant l’acquisition d’un niveau de connaissances et compétences remarquables et nécessaires ? Pourquoi passer sous silence le manque de moyens en troisième cycle et à l’hôpital, où les internes sont encore des petites mains compensant ces carences, au lieu de diversifier leur cursus, en ville, en inter pro, dans des séminaires variés (ethnologie, psychologie, sociologie), qui seraient les véritables outils pour les ouvrir à l’empathie ?
Que de mépris pour ainsi se passer de débat ! Que d’arrogance pour imposer la vue d’une certaine caste qui penserait mieux que le bon petit peuple ! Le pouvoir continuera-t-il à gouverner de cette façon autiste ? Ou entendra-t-il enfin la voix de ceux qui, simplement, veulent une démocratie et une écoute à tous les étages de notre société ?
La concertation n’est pas simplement de réunir autour d’une table quelques jeunes loups contents de faire parler d’eux ou écouter des addicts du tweet. La démocratie sanitaire mérite mieux que cela.

IMPORTANT : ROSP et forfait structure : saisie des indicateurs déclaratifs du 10 décembre 2018 au 31 janvier 2019 inclus

Vous pourrez saisir vos indicateurs déclaratifs de la ROSP clinique et des volets 1 et 2 du forfait structure sur Amelipro du 10 décembre 2018 au 31 janvier 2019 inclus. Un guide pour aider à la saisie des indicateurs sera spécialement mis en place.
Des formulaires papiers seront également disponibles en ligne et auprès des caisses pour les médecins ne pouvant procéder à une déclaration en ligne, afin de déclarer auprès des caisses.
Pour la ROSP clinique, les paiements sont prévus en avril 2019, et en mai 2019 pour la ROSP MT Enfant et le forfait structure.
Quant au forfait structure, le nombre de points totaux passe de 250 à 460 points (comme le prévoit la convention) et la procédure de récupération des justificatifs des indicateurs déclaratifs est simplifiée. Une attestation sur l’honneur faite lors de la saisie sur Amelipro remplace l’envoi à l’assurance maladie des pièces justificatives, qui sont néanmoins à conserver et à transmettre en cas de contrôle a posteriori.

AGENDA :

19 décembre 2018 : Univers médecins, l’émission TV de la CSMF, à partir de 19h30 sur Fréquence Médicale. Ce numéro abordera la recertification, en compagnie du Pr Serge Uzan, chargé de la mission recertification et Sylvain Gauthier, secrétaire général de l’InterSyndicale Nationale des Internes.
Formations ACFM/SMACMAC – Formation initiale des médecins agréés pour le contrôle médical de l’aptitude à la conduite – Renouvellement d’agrément pour le contrôle médical de l’aptitude à la conduite
Inscriptions

FORMATION :

Une belle affluence à la 6ème édition des Automnales du DPC… Organisées par Evolutis DPC, les Automnales du DPC ont fêté, les 30 Nov. et 1er Décembre dernier, leur 6ème anniversaire à l’hôtel IBIS Clichy – Batignolles avec la participation de 422 médecins libéraux (inscrits et experts intervenants).
Cette édition présentait, en 48h et sur un même lieu, 26 actions de DPC pluridisplinaires (gestes d’urgence, microbiote intestinal,…), 3 formations informatiques et 2 actions de formation autour des médecins du permis de conduire. Cette belle affluence (379 médecins participants et 43 intervenants experts), démontre l’attrait des médecins libéraux pour cette plateforme de formation originale et multidisciplinaire qui favorise les rencontres et les échanges.
Sur le même principe, découvrez, à partir de Janvier 2019, la programmation détaillée de la 12ème édition des « Printemps du DPC » proposée les vendredi 14 et samedi 15 juin 2019 à l’hôtel IBIS Clichy – Batignolles (Paris 17).
Plus d’informations : evolutisdpc.fr

2018-12-14T12:20:30+00:0013 décembre 2018|La lettre hebdomadaire|0 Comments

Leave A Comment