Lettre Hebdo 796 /// 28-06-2018

L’été sera chaud….

L’été sera chaud ! En tout cas, il le sera pour les médecins généralistes libéraux et pour les patients. 2018 : les urgences ont vécu un nombre de passages sans précédent, beaucoup de médecins ne trouvent plus ou pas de remplaçants, les français se désespèrent de pouvoir trouver enfin un médecin traitant ou d’obtenir un rdv avec un spécialiste du deuxième recours qui ne soit pas à 3, 6 mois ou 1 an…il manque des maitres de stages et des enseignants en médecine générale…. le bilan de ce premier semestre est bien sombre.
La Ministre semble saisir les difficultés et souffrances mais pour le moment les mesures fortes proposées concernent principalement une meilleure organisation et des expérimentations à venir qui, si elles sont importantes, ne le seront qu’à la marge (article 51).
Nous sommes engagés dans ces projets, ESP, CPTS, PTA…car mieux s’organiser, c’est aussi mieux répondre à l’offre de soins et pouvoir ainsi prendre en charge plus de patients sans travailler plus mais mieux, tout en restant le chef d’orchestre du parcours de soins de nos patients.
Mais cela ne suffira pas à sécuriser l’exercice et donner l’envie aux jeunes de s’installer. Il faut d’une part d’urgence réduire par exemple la durée de carence à 3 jours en cas d’arrêt maladie et surtout revaloriser financièrement dignement l’exercice.
On ne peut accepter cette baisse de la ROSP et du forfait structure pour un nombre important de médecins, on ne peut accepter une ROSP pédiatrique qui équivaut en moyenne à une dizaine d’euros par mois…Il est évident que lorsque l’on souhaite concilier vie professionnelle et personnelle, soins de qualité et non de quantité, les revenus ne sont pas à la hauteur d’un exercice libéral à haut risque d’un point de vue social et personnel.
Il serait temps que nos dirigeants ouvrent les yeux et comprennent vraiment nos besoins …. Et quand Madame Agnès Buzyn, mercredi matin sur France Info, n’hésite pas à dire qu’il faut « faire en sorte que des généralistes participent aux services d’urgence en étant formés », on ne peut ressentir qu’un grand sentiment d’irrespect. Faut-il lui rappeler encore nos conditions de travail ?
Dr Julie Mazet – Secrétaire Générale Les Généralistes CSMF.

Projet politique 2018-2020 : le médecin traitant, chef d’orchestre du parcours de santé

Les membres du Bureau des Généralistes-CSMF seront présents à Marseille le 13 septembre à partir de 20h00 (Hôtel Golden Tulip Euromed – 6, place Henri Verneuil – 13002 Marseille) afin de vous présenter leur projet politique 2018-2020 mais surtout pour être à votre écoute sur votre vision de l’évolution du métier de médecin généraliste. Comme déjà précisé, ce projet est une trame amenée à s’enrichir de vos expériences, réflexions et propositions. Cette soirée doit être un moment d’échanges car pour nous les solutions ne peuvent venir que du terrain. Cette soirée marquera le début d’une série de réunions départementales et régionales qui se dérouleront aussi durant l’année 2019.
Merci de confirmer votre inscription : lesgeneralistes@csmf.org
Téléchargez le projet dans son intégralité
Ecoutez la vidéo du Dr Luc DUQUESNEL, Président.

PRATIQUE :

Nouvelles affiches tarifaires pour la salle d’attente au 1er juillet

Le 1er juillet entre en vigueur l’arrêté du 30 mai 2018 qui oblige les professionnels de santé à afficher « de façon lisible et visible » sur un même support, toutes les informations tarifaires liées à une activité de prévention, de diagnostic et de soin. Il prévoit également que soit affichée l’obligation d’informer le patient avant de réaliser un acte non remboursé par la sécurité sociale, et la délivrance d’un devis lorsque les dépassements d’honoraires sont supérieurs à 70 €. Le tout sur un même document.
Vous pouvez télécharger nos modèles d’affiches sur le site de la CSMF et les adapter en fonction de votre spécialité, activité, et secteur d’exercice.

Prélèvement à la source : comprendre ce qui change

L’entrée en vigueur du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu arrive à grand pas. Au 1er janvier 2019, votre impôt s’adaptera automatiquement et immédiatement à vos revenus. Que vous soyez salarié(e) ou indépendant(e), actif(ve) ou retraité(e), ce mode de prélèvement des revenus vous concerne. La CSMF met en place sur son site un portail ouvert à chaque profil (indépendant, employeur, salarié) où vous trouverez les informations utiles vous permettant de bien comprendre le mécanisme.
En savoir plus

Loi Claeys Léonetti : La loi Claeys Léonetti du 2 février 2016 vient modifier le texte du 22 avril 2005.

Pour l’essentiel, on retiendra :
Les Directives anticipées : disparition de la durée de validité qui était limitée à trois ans. Ces directives deviennent opposables, sauf conditions particulières notamment en cas d’urgence. Un formulaire type est disponible sur le site de l’HAS.
La personne de confiance prime sur tout autre interlocuteur, en l’absence de directives anticipées. La désignation se fait par écrit, et peut (doit) être cosignée par la personne désignée. La personne de confiance est le relai de la parole de la personne malade, si cette dernière ne peut s’exprimer. Si elle est sollicitée, elle devra dire les souhaits de la personne qui l’a désignée et non donner son propre point de vue. Les informations ainsi obtenues serviront à la prise de décision qui reste médicale.
• Création d’un droit à une sédation profonde et continue maintenue jusqu’au décès. Jusque-là, la pratique de la sédation couvrait les situations de détresse majeure (dyspnée terminale, risque d’hémorragie cataclysmique) et les symptômes réfractaires. Depuis le 2 février 2016, le patient peut demander à bénéficier d’une sédation maintenue jusqu’au décès afin d’éviter toute souffrance et de ne pas prolonger sa vie, en particulier en situation d’arrêt ou de non initiation d’un traitement, avec engagement du pronostic vital à court terme.

A l’heure de la généralisation du DMP, la désignation de la personne de confiance et les directives anticipées devraient y avoir une place de choix comme nous le rappelle le Dr Isabelle Carayon, médecin spécialisé dans les soins palliatifs.

AGENDA :

Soirées CSMF « la traçabilité des informations médicales : savoir se protéger » à 19h30 le 26 septembre à Mulhouse, le 2 octobre à Woippy, le 17 octobre à Lille, le 24 octobre à Toulouse, le 22 novembre à Nancy – Programme et inscription

2018-06-28T13:00:07+00:00 28 juin 2018|La lettre hebdomadaire|0 Comments

Leave A Comment