//INSOLITE – Un crocodile à l’hôpital… Dans la tête d’un schizophrène… Un « chasseur de mauvaises ondes »… Jambe amputée en guise d’oreiller

Un crocodile sème la panique à l’hôpital

Le crocodile avait élu domicile dans l’hôpital, et chargeait systématiquement les patients. L’animal a dû être abattu.

 

Ce sont des dizaines d’appels qui ont alerté les autorités de la ville d’Hwange, au nord du Zimbabwe. Un crocodile se serait installé à proximité de l’entrée principale de l’hôpital Saint-Patrick. L’animal chargeait systématiquement les patients et personnels qui passaient à sa portée, bloquant l’accès à l’établissement.

Deux heures plus tard, des gardes-chasses ont été sollicités pour abattre le crocodile.

Les fortes pluies qui se sont abattues sur le Zimbabwe ont causé plusieurs incidents similaires. Ce jeudi, une femme a été mortellement mordue par un crocodile alors qu’elle traversait un ruisseau à Harare, la capitale, et un enfant a été blessé dans le sud-est du pays. « Les attaques de crocodiles sont très fréquentes pendant la saison des pluies et elles sont fatales dans la plupart des cas », ont rappelé les autorités.

[Avec Chronicle.co.zw et Europe1.fr]

Source :
www.egora.fr
Auteur : F. Na

Sur le même thème :
Des éléphants accros à l’héroïne sous méthadone
150 000 dollars pour soigner une morsure de serpent
Elle voulait tuer ses cafards, elle a tué son fils


Un site interactif nous emmène dans la tête d’un schizophrène

Un site internet interactif permet de s’immerger dans la tête d’un malade, pour mieux connaître, et éventuellement reconnaître chez un proche, les effets de la schizophrénie​.

 

L’Association des journées de la schizophrénie, événement actuellement en cours jusqu’au 24 mars prochain, a mis en ligne sur le site schizinfo.com un film intitulé « Un repas de famille » où l’internaute prend les commandes.

Quand on maintient la barre Espace, on est dans la tête d’un malade sans suivi thérapeutique qui « voit des personnages malveillants et dangereux pour lui ».

Quand on relâche la barre Espace, on passe dans la tête de celui qui bénéficie de ce suivi, et qui « décrit les tics, manies, travers et excès de sa famille de façon humoristique, et parfois tendre », explique l’Association.

« Avec ce film, on se met dans la perspective de la personne et on voit le désarroi qui est le sien », explique à l’AFP le psychiatre Nicolas Franck, du Centre hospitalier Le Vinatier à Bron (Rhône).

« Il reste impossible de dire ce qui se passe dans la tête d’une personne atteinte de schizophrénie. C’est toujours à elle de le faire, car la schizophrénie est un regroupement de causes diverses, qui provoquent des troubles très divers », ajoute-t-il.

L’un des objectifs est aussi de combattre les idées reçues. « La principale, c’est que ces personnes ne peuvent pas vivre une vie normale, et notamment ne peuvent pas travailler. C’est faux, car si on les accompagne elles le peuvent tout à fait », selon le psychiatre.

« Ces malades ne sont pas en mesure de faire eux-mêmes appel à la médecine au début de leurs troubles, car ils ne comprennent pas qu’ils sont malades. Il faut donc que l’entourage les y amène peu à peu », souligne le Dr Franck.

 

Source :
www.egora.fr
Auteur : C. L B

Sur le même thème :
Quand des schizophrènes se retrouvent face aux « voix » dans leur tête
18 mois avec sursis requis en appel contre le psychiatre d’un schizophrène meurtrier
Suisse : l’armée condamnée à indemniser un soldat devenu schizophrène à cause des tirs
MG poignardé : le meurtrier schizophrène aurait entendu des voix


Un « chasseur de mauvaises ondes » payé 95.000€ pour « purifier » un hôpital

Un spécialiste en « exploration de conscience » a été embauché par un hôpital pour effectuer un « nettoyage énergétique » du bâtiment. Ce « chasseur de mauvaises ondes » a été rémunéré 95 000 €.

 

L’affaire en a fait rire beaucoup, et agacé d’autres. Un hôpital autrichien a recruté un « chasseur de mauvaises ondes » pour faire un « nettoyage énergétique » du bâtiment dont l’ouverture est prévue en fin d’année.

Ce spécialiste autoproclamé en « exploration de conscience » a été rémunéré 95 000 euros pour ce travail. Celui qui est aussi concessionnaire automobile dans la vie propose de « neutraliser les flux d’énergies négatives » en mettant en place des périmètres de protection autour des bâtiments.

L’affaire, révélée par la presse autrichienne, a même suscité l’ironie du diocèse de Vienne qui a estimé, dans un tweet qu' »une simple bénédiction aurait été moins coûteuse ».

L’affaire est encore plus « lamentable » s’agissant d’un lieu de science, s’est agacée l’opposition municipale. « Vu le fiasco de ce chantier », qui a accumulé les déboires au fil des ans, « le coup des énergies positives n’a pas dû bien fonctionner », s’amusait le quotidien autrichien Die Presse.

[Avec AFP]

Source :
www.egora.fr
Auteur : F Na.

Sur le même thème :
L’image d’un médecin fantôme dans hôpital abandonné rend fous les Anglais (Vidéo)
La guérison « inexpliquée » de Sœur Bernadette Moriau, 70e miracle de Lourdes


Il reçoit sa jambe amputée en guise d’oreiller : deux médecins suspendus

Refusant de donner un oreiller à un patient amputé d’une jambe après un accident, le personnel d’un hôpital indien a placé le membre amputé sous la tête du patient. Deux médecins ont été suspendus.

 

Agé de 28 ans, Ghanshyam a été blessé dans un accident de bus. Transporté à l’hôpital, les médecins décident de lui amputer la jambe. C’est en rendant visite au jeune homme que ses proches ont constaté qu’il avait sa jambe sous la tête, placée en guise d’oreiller.

Le patient aurait réclamé un oreiller, et le personnel, refusant de lui fournir, aurait alors placé le membre amputé sous sa tête. « J’ai demandé à plusieurs reprises aux médecins d’intervenir, mais ils ont refusé » en suggérant aux visiteurs d’acheter eux-mêmes un oreiller au marché local, a précisé l’un des proches du jeune homme.

Deux médecins ont été suspendus et une enquête a été ouverte. « Nous avons mis en place un comité de quatre personnes pour établir qui a posé la jambe amputée sous la tête du patient », a déclaré le responsable de l’hôpital situé dans le centre du pays. « Des mesures fermes vont être prises s’il s’agit d’une faute de notre personnel », a ajouté la direction.

L’Etat d’Uttar Pradesh, qui compte 200 millions d’habitants, est l’un des plus pauvres du pays.

[Avec AFP]

Source :
www.egora.fr
Auteur : F Na.

Sur le même thème :
Un homme meurt après avoir été aspiré dans un appareil IRM
Les médecins indiens en grève contre une loi donnant les pleins pouvoirs aux homéopathes
Le répugnant remède qu’ont trouvé les Indiens contre l’asthme

2018-05-30T16:49:01+00:00 30 mars 2018|EGORA news|0 Comments

Leave A Comment