Lettre Hebdo 778 – 25/01/2018

ACTUALITE : Non à la médecine low-Cost

C’est ainsi que débute le communiqué de presse du Dr Bertrand Legrand, Secrétaire Général de la CSMF des Hauts de France et créateur de Vitodoc. Il dénonce, avec véhémence et à raison sur les réseaux sociaux, ses craintes – que nous devrions tous partager – concernant toutes ces offres de sociétés et mutuelles qui fleurissent proposant des consultations par téléphone, sans connaitre le patient, faisant fi du colloque singulier, du secret médical….
Voici ces propos : « Comme dans toutes les révolutions technologiques, il y a du bon et du mauvais.
La télémédecine fait rêver les autorités publiques et les investisseurs. Mais la réalité est inquiétante. De l’aveu même des acteurs de la télémédecine, le temps de consultation moyen est de 6 minutes (source : twitter & Les Echos). Ça veut dire que le patient va se voir prescrire des médicaments sous ordonnance ou un traitement en un clin d’œil sans même avoir été examiné, juste au téléphone ou par vidéo. Autre danger : le secret médical est fragilisé car les assureurs et mutuelles fournissent ces services de télémédecine (source : twitter & Matmut). Sans compter les risques sur la collecte de données de santé, domaine qui aiguise les appétits des géants du numérique. Les nouvelles technologies doivent préserver les bons côtés de la médecine de ville : confidentialité, colloque singulier, examen clinique en bonne et due forme. Mais la médecine de ville doit réagir face à l’ubérisation. »

Non à la téléconsultation low-cost. OUI à une vraie téléconsultation et à la télé expertise, c’est-à-dire à une télémédecine de qualité encadrée et gérée par la profession !

REGION : Pontarlier : le pari réussi de 5 généralistes

Le président des Généralistes CSMF du Doubs, le Dr Stéphane Attal, a participé à la création d’un cabinet éphémère à Pontarlier avec 4 autres confrères dont des médecins retraités. Ils comptabilisent déjà plus de 2000 consultations en l’espace de 3 mois.
Cette initiative singulière, dans une zone en grosse souffrance démographique, a été saluée par une délégation ministérielle lors d’une visite. Déjà 2 000 consultations effectuées par ces médecins qui se relayent sur la semaine.
Si cette initiative permet d’apaiser une situation critique, elle n’a pas vocation à être pérennisée.

Le Dr Attal a interpellé le gouvernement en lui demandant de faire un geste significatif envers les médecins retraités qui souhaitent encore donner un coup de mains en leur évitant de travailler à perte.

Le Syndicat des médecins coordonnateurs en EHPAD a élu son nouveau Bureau et soutient le mouvement de grève général du 30 janvier dans les EHPAD !

Le Syndicat des médecins coordonnateurs en Ehpad (SMC-Ehpad), affilié à la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), a procédé à l’élection de son nouveau bureau.
A la tête du syndicat, le Dr Pierre-Marie Coquet, médecin généraliste à Maubeuge (59), succède au Dr Bernard Oddos.
L’actualité des EHPAD de ces derniers mois a été soutenue essentiellement dans la presse ou les médias qui ont relayé nombre de mouvements de contestation ou de grèves, déclenchés localement par les syndicats de salariés, face à des situations conflictuelles avec les Directions, autant dans les EHPAD associatifs et privés que dans les EHPAD publics.
Un rapport parlementaire a été diligenté cet été et a abouti à des recommandations en septembre 2017 suite à ces mouvements de grève. Mais, même si les conclusions étaient plutôt saluées par la profession en général, il demeure qu’à ce jour rien n’a été mis en œuvre pour augmenter les moyens des EHPAD en souffrance.
La politique de convergence tarifaire n’aboutira à l’équité de traitement en termes de budgets pour l’ensemble des EHPAD de France que fin 2023… sans compter ceux qui, considérés surdotés, se verront eux réduire les budgets !
Des pétitions circulent dans la population générale pour dénoncer le manque de moyens alloués aux EHPAD pour remplir correctement leurs missions. Un mouvement de grève général dans les EHPAD est également annoncé pour le 30 janvier à l’initiative des grandes centrales syndicales de salariés.
Le SMC-CSMF, syndicat de médecins coordonnateurs salariés des EHPAD, constitué essentiellement de médecins généralistes libéraux ayant une activité mixte ne peut appeler ses adhérents à se joindre à ce mouvement de grève car l’activité médicale ne supporte pas d’interruption, d’autant plus dans une période où les soignants seront en nombre réduit.
Néanmoins, nous nous associons à la revendication principale des syndicats de salariés, à savoir l’augmentation des moyens financiers et humains alloués aux EHPAD ainsi qu’à l’application rapide de la convergence tarifaire sans attendre 2023 et sans réduction de budgets.
Le taux d’absentéisme, le taux d’accidents du travail, le turn-over des soignants, le taux de faisant fonction, toutes catégories confondues dans les EHPAD reflètent bien le malaise vécu par les professionnels qui y travaillent. Nous sommes témoins au quotidien de ce que cette déstructuration des équipes, ces démotivations, cette pression exercée participent à la fois à une moins bonne prise en charge de nos aînés et au sentiment d’échec et de vacuité des soignants. Alors que les Autorités ne cessent de demander plus de qualité, de rigueur et de professionnalisme, les équipes se sentent de plus en plus abandonnées, même si les Directions tentent pour la plupart d’optimiser et de réinventer les prises en charges (aides techniques, informatisation, soulève malades intégrés…). Il y a un moment où la performance, pour une population de plus en plus âgée et malade, ne peut s’améliorer que si le nombre de toilettes par agent diminue. Sans parler du temps relationnel qui manque cruellement.
Sans nous associer à toutes les revendications très disparates de tous les syndicats de salariés, nous soutenons ceux qui veulent une augmentation des moyens humains dans nos EHPAD afin de poursuivre une politique de bienveillance à la fois envers nos résidents mais aussi envers ceux qui se dévouent au quotidien pour les accompagner.

Syndicat de Médecine Manuelle Ostéopathie de France : on se fait voler la médecine orthopédique !

« Coup de gueule » du Docteur Antoine Guinoiseau, Président du SMMOF (Syndicat de Médecine Manuelle Ostéopathie de France) – Syndicat affilié à la CSMF.
« En 2002, Bernard Kouchner, par l’Article 75 de la loi du 4 mars 2002 relative au droit des malades et à la qualité du système de santé, crée une faille dans notre rigoureux système de soins en autorisant des non médecins à pratiquer un acte de nature médicale.
Les ostéopathes non médecins pratiquent des actes thérapeutiques non précédés d’un acte diagnostic autre qu’« ostéopathique », avec quelques restrictions (Nourrisson de moins de 6 mois, rachis cervical sans certificat de non contre-indication, touchers pelviens). Cette loi permet à des non médecins d’exercer en toute impunité la médecine orthopédique après 5 ans d’études.
Pour les médecins, c’est 9 années d’études de médecine suivi d’un Diplôme Inter Universitaire de médecine manuelle ostéopathie de 3 ans. Sans aucune formation pédiatrique (4 ans de spécialité après médecine pour les médecins), des non médecins sont entrés dans les maternités faire de l’ostéopathie crânienne, viscérale (quelle validation scientifique !). Heureusement, ils n’ont pas encore investi les services d’obstétrique.
Ils ne sont ni prescrits ni prescripteurs, mais comment faire un diagnostic médical préalable sans culture médicale ?
Aujourd’hui, 30 000 ostéopathes non médecins sur le marché, spécialistes des soins de confort, sans aucun contrôle institutionnel, hors prescription, pris en charge par les mutuelles en direct sans remboursement sécu, qui se sont persuadés d’être médecins. On marche sur la tête à l’heure de la qualité des soins, du principe de précaution et de la recherche de responsabilité.
L’Etat ne dit rien car il n’y a pas de remboursement sécu, les mutuelles en font leurs choux gras dans leurs Pub : « ici on rembourse l’ostéopathie », tandis que celles-ci ne sont censées rembourser que les médicaments ayant une prise en charge sécu minimum, et ne prennent en charge ni l’optique ni les soins dentaires.
Nous avons laissé faire sans rien dire tandis que nos patients sont persuadés de voir des confrères dans ces ostéopathes : Les ostéopathes non médecins se disent DO (comprenez Diplômé en ostéopathie et non pas Docteur en ostéopathie).
Pire : les médecins qui n’ont quasi plus de spécialistes de l’appareil locomoteur à qui adresser leurs patients leur conseillent « aller voir un ostéopathe » ! Ces patients vont donc voir ces non professionnels de santé qui n’ont ni culture médicale ni culture paramédicale.
Adressez vos patients à vos 4 000 confrères médecins ostéopathes qui apportent eux une vraie sécurité à vos patients, ce qui évitera des retards au diagnostic et donc une sinistralité juridique qui vous sera immanquablement imputée en tant que prescripteurs ».
Médecins ostéopathes, défendez votre profession en adhérant au SMMOF : téléchargez le bulletin d’adhésion.

FORMATION : Top départ pour vous inscrire aux Régionales du DPC

Evolutis DPC, avec ses 4 organismes agréés (ACFM, AFORSPE, FORMUNOF et AFORMEP), lance ses programmes DPC validants et indemnisés en régions.
Découvrez dès maintenant les actions proches de chez vous :
– Besançon : Vendredi 16 et Samedi 17 Mars 2018 : découvrez le programme
– Bordeaux : Vendredi 16 et Samedi 17 Mars 2018 : découvrez le programme
– Narbonne : Samedi 17 Mars 2018 : découvrez le programme
– Toulouse : Samedi 17 Mars et 16 Juin 2018 : découvrez le programme
– Annemasse : Jeudi 22 et Vendredi 23 Mars 2018 : découvrez le programme
– Valence : Vendredi 27 et Samedi 28 Avril 2018 : découvrez le programme
– Pau : Vendredi 8 et Samedi 9 Juin 2018 : découvrez le programme
– Caen : Vendredi 15 et Samedi 16 Juin 2018 : découvrez le programme
– Besançon : Vendredi 22 et Samedi 23 Juin 2018 : découvrez le programme
D’autres régions avec d’autres programmes à venir (Nantes, La Rochelle, Le Havre, Amiens, Soissons, Metz, Aix en Provence…) …Découvrez très prochainement leurs programmes en cliquant sur ce lien

Partenariat : Monremplacement.com

Les vacances au ski ça s’anticipe ! Envie d’en profiter sereinement ? Inscrivez-vous dès à présent gratuitement sur www.monremplacement.com ! Le seul site de remplacement sur smart phone. Simple et convivial n’hésitez pas à franchir le cap du remplacement 2.0.
Pour en savoir plus sur l’utilisation de notre service, on vous montre en 50 secondes comment ça fonctionne, cliquez sur le lien.
Vous êtes toujours plus nombreux à nous rejoindre sur Facebook et Twitter alors vous aussi, n’hésitez pas à nous suivre ! A bientôt !

2018-01-25T23:12:08+00:0025 janvier 2018|La lettre hebdomadaire|0 Comments

Leave A Comment