Lettre Hebdo 777 – 18/01/2018

Sauve qui peut : Epidémie de démagogie !

Il y a quelques semaines, je soulignais de façon ironique et décalée notre profond sentiment de colère à l’égard des paroles prononcées par notre Ministre Agnès Buzyn de passage dans un service d’urgences. En effet, cette dernière considérait que nous devions nous rendre plus disponible pour accueillir nos patients en période d’épidémie !
Aujourd’hui, je tiens à souligner son bon sens et son courage de ne pas céder aux sirènes de la démagogie facile et contre-productive en martelant sa position ferme pour la défense de la liberté d’installation et, plus récemment, le refus de faire disparaitre le numérus clausus. Une fois encore, certains hommes politiques confondent causes et conséquences et ne prennent pas le problème dans le bon ordre tel le Député de la République en Marche et médecin hospitalier le Dr Olivier Véran.
Comment ne pas comprendre que supprimer le numérus clausus ne changera rien à court, moyen voire à long terme concernant le tsunami de la désertification médicale. Il n’y a jamais eu depuis 20 ans autant d’étudiants qui passent en 2ème année et pourtant nous nous sentons de plus en plus seuls sur le terrain.
La priorité absolue de nos décideurs devrait être de créer et favoriser les meilleures conditions de travail possible pour tous les médecins libéraux afin de les rassurer et de donner vraiment envie aux nouvelles générations de s’installer et d’embrasser une carrière libérale. Augmenter encore le nombre d’étudiants en médecine sans se soucier davantage de leur épanouissement professionnel futur serait une grave erreur et augmenterait encore le malaise de la profession.
Et que dire de la situation actuelle lors des études : amphis bondés, apprentissage déshumanisé en face de cd-rom, pression psychologique, burn out, et surcharge de travail pour les ECN…. harcèlements dans les hôpitaux…. manque de maîtres de stage en médecine de ville…
Non, décidément, supprimer le numérus clausus est une très mauvaise et « toxique bonne solution » simpliste et démagogique.

Dr Julie Mazet, Secrétaire Générale des Généralistes-CSMF.

SONDAGE : Numerus clausus

Notre nouveau sondage : « Pensez-vous que supprimer le numérus clausus réglera le problème de la désertification médicale ?« 

Forfait structure et DMP :

Afin de pouvoir prétendre au 2ème volet du forfait structure, vous devez pouvoir remplir toutes les conditions du volet 1. Une disposition a été à l’origine de nombreuses interrogations celle concernant la DMP compatibilité.
En effet, vous devez disposer d’un logiciel métier avec un logiciel d’aide à la prescription certifié par la HAS et compatible DMP.
A titre dérogatoire et exceptionnel pour l’année 2017, seuls les médecins utilisant un logiciel n’offrant pas cela pourront valider ce sous indicateur en ayant utilisé l’accès WEB DMP pour au moins un patient (ouverture, consultation ou alimentation d’un DMP) avant le 31 janvier 2018.
Notre sondage révèle que vous êtes 80% à avoir rencontré des difficultés pour renseigner vos indicateurs sur le site Améli pour cette ROSP nouvelle version.

Forfait structure et volet MSU, quid des SASPAS ?

Le nouveau forfait structure comprend dans son 2ème volet des points accordés pour les médecins encadrants les étudiants en médecine.
Si cet indicateur va évidemment dans le bon sens, valoriser l’enseignement de la médecine générale et sa promotion, la CNAMTS en a exclu les médecins Maîtres de Stage Universitaire recevant des étudiants effectuant un SASPAS dans leurs cabinets médicaux (Stage Ambulatoire en Soins Primaires en Autonomie Supervisée) !
Hérésie administrative !
Alors qu’il y a un manque important de médecins MSU, il serait tout à fait contre-productif et illogique de ne pas pouvoir valider cet indicateur dans ce cas car si l’étudiant est certes plus autonome, il reste supervisé et en formation. Et comme l’a rappelé le Conseil Général de l’INDRE (3ème département ayant connu la plus grande baisse des généralistes), dans sa conférence de presse pour lutter contre les déserts médicaux, les stages chez le praticien sont un facteur déterminant dans le choix de cette voie.

NOMENCLATURE : nouveautés : MUT, MRT, MCU et certificats de décès

La Majoration Urgence médecin Traitant (MUT), la Majoration Régulation médecin Traitant (MRT), la Majoration Correspondant Urgence (MCU) sont entrées en vigueur le 1er janvier 2018 : retrouvez toutes les explications et cotations sur le site de la CSMF.
Ce 1er janvier voit aussi la mise en place de la rémunération lors de l’établissement d’un certificat de décès. Celui-ci sera réglé directement par la caisse, d’un montant de 100 euros, en remplissant un formulaire disponible sur Ameli. Nous déplorons les conditions trop restrictives qui permettent de bénéficier de ce forfait. En effet, il ne peut être appliqué que si le certificat est établi la nuit entre 20H00 et 8H00 ainsi que les samedis, dimanches et jours fériés de 8h00 à 20h00. Un effort a été consenti pour les zones déclarées démographiquement sensibles avec une extension aux jours de semaines…nous demandons que ce forfait soit applicable par tous, partout et quel que soit le moment de la journée !
Forfait patientèle : précision sur la majoration MPA à compter du 01/01/2018
La précédente convention médicale avait instauré la majoration MPA (Majoration Personnes Agées), 5 euros versés directement par la CPAM pour chaque consultation d’un patient âgé de plus de 80 ans. Pour les patients dont nous sommes les médecins traitants, cette majoration disparait au profit du nouveau Forfait patientèle Médecin traitant (42 euros par an pour les patients de plus de 80 ans sans ALD et 70 euros pour les patients en ALD).
A compter du 1er janvier 2018, la majoration MPA est néanmoins maintenue pour toutes les consultations réalisées par un médecin qui n’est pas le médecin traitant du patient et est créditée directement par la CPAM.
Retrouvez l’ensemble des nouveaux tarifs et téléchargez notre guide CCAM

FORMATION:

Evolutis DPC, avec ses 4 organismes agréés (ACFM, AFORSPE, FORMUNOF et AFORMEP), vous propose des sessions de formation informatique sur fonds FAF PM (formations gratuites mais non indemnisées) proche de chez vous et cela tout au long de l’année.
Organisées en partenariat avec les principaux éditeurs tels que Hellodoc, Axisanté, Weda, Crossway, Mediclick, MLM, Medistory, … ce sont près de 150 formations qui vous sont proposées sur 3 niveaux progressifs (débutant – confirmé – expert) ainsi qu’un niveau 4 spécifique autour de la recherche multicritère, des logiciels communicants et du DMP.
Découvrez dès maintenant les sessions en cliquant sur ce lien

Partenariat : Monremplacement.com

Les vacances au ski ça s’anticipe ! Envie d’en profiter sereinement ? Inscrivez-vous dès à présent gratuitement sur www.monremplacement.com ! Le seul site de remplacement sur smart phone. Simple et convivial n’hésitez pas à franchir le cap du remplacement 2.0.
Pour en savoir plus sur l’utilisation de notre service, on vous montre en 50 secondes comment ça fonctionne, cliquez sur le lien.
Vous êtes toujours plus nombreux à nous rejoindre sur Facebook et Twitter alors vous aussi, n’hésitez pas à nous suivre ! A bientôt !

2018-01-25T23:15:17+00:00 19 janvier 2018|La lettre hebdomadaire|0 Comments

Leave A Comment