///Mail Les Généralistes-CSMF Avril 2017

 

 

MAIL  Les Généralistes CSMF  ///  Mercredi 26 avril 2017

QUESTION D’ÉTHIQUE…

Si lors des primaires de la droite comme de la gauche, et lors du premier tour des élections présidentielles, le programme Santé de chacun des candidats a été décortiqué et analysé avec la plus grande attention, il en est tout autre pour le second tour de cette élection présidentielle.

Cette fois, ce ne sont plus les promesses faites à la médecine libérale qui occupent le premier plan mais bel et bien des enjeux qui touchent à l’essence même de notre métier, aux motivations qui nous y ont amené, à la déontologie de notre profession.

Certains médecins pourraient regretter que la défense d’intérêts catégoriels ne soit plus au cœur de nos préoccupations.

Mais la plupart d’entre eux auront compris que l’essentiel est en jeu, c’est-à-dire notre éthique de médecin.

Elle nous amène à ne pas refuser des soins à celui qui en a besoin, quelle que soit son origine ou sa situation.

Un des enjeux majeurs pour les médecins est de ne pas se trouver confronter demain au dilemme posé par une politique qui refuse l’accès aux soins à une partie de la population, de façon temporaire ou définitive, et une déontologie médicale consacrée par le serment d’Hippocrate que nous avons prêté avant de débuter notre exercice.

«…Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité…».

L’ADN du syndicat « Les Généralistes-CSMF » est une médecine libérale et sociale.

Chacun se déterminera donc en fonction de son éthique personnelle.

Dr Luc DUQUESNEL,
Président « Les Généralistes CSMF »

> REAGIR A CET EDITORIAL <
« Ce quinquennat n’a rien apporté à la médecine générale »

Luc Duquesnel, le président des Généralistes de la CSMF, considère que les cinq années passées n’ont en rien amélioré la situation de la médecine générale et qu’elle s’est, à bien des égards, dégradée. Entretien.

Gynécomastie chez l’adulte : sans cause identifiable dans plus d’un cas sur deux
Quand les bouffées de chaleur témoignent d’une augmentation du risque cardiovasculaire
COPYRIGHT  Les Généralistes CSMF  2017  /// CONTACT DESABONNEMENT ADHESION
2017-04-26T17:47:56+00:00 26 avril 2017|Mail Les Généralistes-CSMF|0 Comments

Leave A Comment